25/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Le Togo face à une présence chinoise tous azimuts

APA-06/11/06-Le petit Togo ne dispose pas de pétrole, mais il intéresse le géant chinois qui marque sa présence dans différents secteurs, notamment l’industrie, les infrastructures, l’agriculture et le commerce, même si au départ les relations étaient plutôt d’ordre politico-idéologique entre Mao Tsé Toung et feu Gnassingbé Eyadema.

La présence chinoise au Togo se traduit notamment par l’implantation de plus en plus visibles de petites et petites et moyennes entreprises qui auraient à ce jour investi 20 millions de dollars dans la création de compagnies intéressant quatorze secteurs.

Leurs chiffres d’affaires a atteint 40 millions de dollars, stimulant la croissance des échanges bilatéraux entre la Chine et le Togo.

Au plan commercial, le marché togolais est inondé de produits chinois: vêtements, textile, médicaments, motos, électroniques, informatiques, etc.

Les prix des motos varient d’environ 220.000 FCFA et plus de 600.000 FCFA, selon les marques et les modèles.

«Les produits chinois tels que les motos, semblent confortables, mais elles sont très fragiles. En cas de choc, on les ramasse en menus morceaux, contrairement aux motos qui viennent d’Europe par exemple», explique Alfred, un jeune conducteur de moto-taxi.

Pratiquement toutes les marques chinoises sont présentes au Togo, avec une prépondérance dans la capitale Lomé.

Quant au textile, les Chinois ont également envahi le marché au point que les revendeurs et revendeuses togolais ont créé leur propre syndicat pour protéger leur commerce.

«Depuis que les Chinois ont envahi le marché, nous n’arrivons plus à vendre. Ils piratent nos motifs qu’ils font fabriquer en très grandes quantités chez eux pour venir les revendre moins cher sur le marché face à nos produits textiles que nous autres payons cher en Europe», déplore Françoise, une revendeuse de pagnes imprimés au grand marché de Lomé.

Toujours est-il que le commun des Togolais commence à s’habiller chinois, pas totalement du prêt-à-porter, mais du pagne imprimé avec lequel on peut se faire confectionner une chemise ou des pagnes de cérémonie comme en raffolent les femmes togolaises.

En dehors des pagnes, les médicaments chinois sont une autre catégorie de produits vis-à-vis desquels les Togolais sont de moins en moins virulents.

«J’ai l’impression que les médicaments chinois sont faits pour moi. Quand je les prends, je guéris», confie Yao, un transitaire.

Une usine chinoise de produits pharmaceutiques, du nom de Tong Mei, s’est d’ailleurs implantée dans la Zone franche togolaise. Quelque 70 PME/PMI chinoises existent au Togo, évoluant dans les domaines les plus divers.

Dans le secteur de l’électroménager, la Chine n’a pas non plus lésiné sur les moyens, puisqu’elle offre des appareils de musique, de cuisine, de télécommunication, d’informatique, etc… Bon nombre de Togolais et de Togolaises se sont transformés en commerçants-importateurs spécialisés dans les produits chinois, ce qui les amène à multiplier les voyages d’affaires sur Pékin, Changhaï, Hong Kong, etc.

Aussi, des sources concordantes font état d’investissements de 300 millions de yuans dans la téléphonie au Togo avec les sociétés Huawei et Bell Shanghai pour la fourniture d’appareils et autres équipements.

S’agissant des infrastructures, c’est aussi la Chine qui a construit le nouveau palais de la présidence de la République (banlieue Nord Lomé), le palais des Congrès de Kara et le centre hospitalier (420 km au Nord de Lomé) tout comme le plus grand stade de football du pays, à Lomé, disposant de 30.000 places assises.

Au plan politique et bilatéral, la Chine apporte un grand soutien financier, alimentaire, logistique et militaire au Togo avec la fourniture de matériels et équipements militaires et la formation de militaires togolais.

De nombreux Togolais ont été formés dans les universités chinoises dans les secteurs de la médecine, de l’agronomie, de l’ingénierie civile, etc.