09/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo- Affaire OBUTS : les jeunes togolais veulent rompre avec l’arbitraire du clan Gnassingbé

Le vœux du peuple togolais est bien de faire mettre fin aux brimades de la dictature des Gnassingbé. Cette détermination des togolais s’est encore manifestée ce mardi 15 juin 2010, au palais de justice de Lomé lors du procés qui oppose le parti OBUTS d’Agbéyomé Kodjo au pouvoir RPT.

Des jeunes, par centaine, se sont mobilisés à la devanture du palais de justice pour exprimer leur désapprobation à la probable décision de la justice sur la dissolution de OBUTS. Très vite, les jeunes ont barricadé les routes, bloquant, de facto, la circulation aux abords de l’enceinte, avec des briques de pierre. Certains d’entre eux ont même envahi la salle de délibération. D’autres brandissaient dehors, des écriteaux sur lesquels on pouvait lire « Ce n’est plus le combat de OBUTS mais de toutes les forces démocratiques du monde » ; « les temps sont révolus pour le parti unique au Togo » ; « Pour une fois, la justice doit être aux côtés de la Loi » ; « la Jeunesse demande la démission du juge Sogoyou » ; « Remettez-nous vite les clés du siège de OBUTS ». Ces jeunes étaient prêts à en découdre avec cette affaire et la dictature du clan Gnassingbé, surtout qu’ils réclament la victoire spoliée à Jean-Pierre Fabre. Il y avait de l’électricité en l’air.

Un cordon de police s’est érigé en face, pour stopper toute manifestation. Il y avait certains de ces policiers qui sortaient du ministère de l’administration territoriale, département que dirige, Pascal Bodjona. Ils s’emploieront plus tard à lancer des grenades lacrymogènes alors que les jeunes raccompagnaient Agbéyomé kodjo à son domicile.

La séance n’avait duré qu’une dizaine de minutes pour être reportée au 22 juin 2010, pour faute d’enrôlement du dossier. Rappelons que c’est le sieur Gaston Vidada et la vice-présidente Codjie kekeli qui ont assigné le parti en justice, réclamant sa dissolution.