07/02/2023

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : Des opposants contre le plan de sortie de crise de Gilchrist Olympio

Des opposants togolais, réunis au sein du Comité togolais de résistance (Ctr), ont rejeté hier dimanche, lors d’un meeting organisé à Paris, le plan de sortie de la crise politique au Togo proposé par l’Union des forces de changement (Ufc) de Gilchrist Olympio, principal adversaire du président Gnassingbé Eyadéma.

Selon Isidore Latzoo, président du Ctr, le plan de l’Ufc, qui prévoit la reprise du dialogue inter-togolais et la formation d’un gouvernement de transition chargé d’organiser les prochaines consultations électorales, n’est «à la hauteur des attentes du peuple togolais».

«Nous accueillons très défavorablement l’idée d’un dialogue inter-togolais défendue par l’Ufc en disant que ce genre de solution a déjà été essayé des dizaines de fois sans résultat. Nous pensons également qu’un gouvernement d’union nationale tel que proposé par l’Ufc ne résoudra pas les problèmes du Togo. Il n’y a donc rien de nouveau dans ce plan de Gilchrist Olympio», a déclaré à la Pana M. Latzoo.

Le Ctr estime, a-t-il ajouté, que seule la création d’une «troisième force», distincte du régime de Lomé et de «l’opposition démocratique traditionnelle», peut créer les conditions de l’avènement «d’un gouvernement de salut public» qui aura pour mission de «restaurer la République».

«Nous ne sommes pas dans une querelle sémantique mais dans un débat de fond. Nous disons qu’il faut, non pas un gouvernement d’union nationale qui cohabiterait avec Eyadéma, mais un gouvernement de salut public qui doit restaurer la République au Togo où il n’existe plus d’espace de liberté et de démocratie», a affirmé l’opposant togolais.

Il a en outre indiqué le Ctr défend la mise en place d’une «force d’autodéfense» dont la mission essentielle sera de protéger les citoyens togolais contre les «dérives» des forces de défense et de sécurité togolaises.

«Nous ne le cachons pas, ce dont nous avons besoin aujourd’hui dans le cadre de la troisième force, c’est la mise en place d’une force d’autodéfense capable de tenir tête au régime de Lomé qui a transformé les forces de l’Etat en milices qui persécutent opposants et acteurs de la société civile. C’est à tous ces problèmes que l’Ufc devait proposer des solutions. Son plan proposé à Bruxelles ne saurait être une alternative à la crise au Togo», a affirmé Isidore Latzoo.

Dans le cadre des consultations sur la situation socio-politique au Togo, le président de la Commission européenne, Romano Prodi, a reçu la semaine dernière à Bruxelles le Premier ministre togolais, Koffi Sama, et le président de l’Ufc, Gilchrist Olympio.

M. Sama s’était également rendu à Paris où il a eu un entretien sur le même sujet avec le ministre français délégué à la Coopération, Pierre-André Wiltzer, dont le pays encourage les autorités de Lomé à organiser au plus vite des élections locales avec la participation de toutes les sensibilités togolaises.

Pana