27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: deuxième phase du dialogue…Me Agboyibor médiateur de facto ?

Sur toutes les questions qui ont été débattues par les participants du dialogue national, en quatre semaines, on était loin d’obtenir un consensus. Des rigidités sont apparues sur la nécessité d’entreprendre des réformes institutionnelles et sur le cadre électoral. Certes, Me Agboyibo qui préside le Bureau du Dialogue assure qu’une deuxième phase va permettre de rechercher ce consensus.

Mais, il semble que la procédure et la méthode adoptées pour cette phase de recherche de consensus ne soient pas plus fécondes. En effet, le Bureau a prévu la procédure suivante : Dans un premier temps, il prend contact avec chacune des délégations et sollicite la synthèse de leur position sur l’ordre du jour du Dialogue national. Au terme de ces contacts, le Bureau œuvre à l’élaboration d’un projet d’accord.

Ce projet sera ensuite examiné entre chaque délégation et le Bureau qui recueillira les nouvelles observations des délégations en vue d’améliorer le projet d’Accord qui sera examiné en séance plénière le 24 mai prochain. Cette séance plénière se réunira pour examiner et adopter le Projet amélioré qui deviendra ainsi l’Accord politique. Le Bureau prévoit, s’il y a persistance de désaccords, qu’il sollicite, sur décision du Dialogue national, des médiateurs en fonction des sujets mis en réserve pour désaccords et réserves.

Cette procédure appelle plusieurs remarques : elle fait de Maître Agboyibo, le médiateur de facto. Dans un premier temps du moins !
En outre, elle suggère des accords dans l’Accord global. La manœuvre étant de produire un accord partiel en isolant les questions essentielles et de présenter un accord politique dont on dira de toute manière qu’il est l’Accord politique issu du Dialogue national.

Nous sommes à deux jours de la séance plénière qui devrait aboutir à la signature de l’Accord et, selon nos informations, aucun contact ou navette n’a été établi entre les délégations pour trouver un compromis. Les observateurs présents jouent vraiment leur rôle. Ils ne font qu’observer. Or, à ce stade, c’est la diplomatie ou le médiateur qui devait jouer un rôle et faire des approches pour tenter de concilier les positions qui sont rigides. A moins, que le Bureau du Dialogue et son président qui partage les mêmes points de vue que les autres partis de l’opposition n’aient une ressource cachée pour obtenir ce consensus et un Accord politique qui ne soit pas un marchandage de politiciens dont il faut quand même dire qu’ils ont tous besoin de faire la preuve de leur légitimité et de leur représentativité des Togolais.

La rédaction letogolais.com