26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: François Soudan ou l’Art de la Diversion

Comment, avec les données d’une élection reconnue « contestable », peut-on prétendre à une analyse aux conclusions dignes de foi ? Telle est la gageure de « Jeune Afrique l’Intelligent » et de François Soudan depuis les élections présidentielles du 24 avril dernier au Togo.

[Dans le numéro 2312->http://www.jeuneafrique.com/gabarits/articleJAI_online.asp?art_cle=LIN01055sostoogotso0] daté du 1er au 7 mai, vous nous faites croire que la victoire de Faure Gnassingbé est le résultat d’une meilleure stratégie. Celle du R.P.T.(Rassemblement du Peuple Togolais) aurait été beaucoup plus élaborée que celle de la « Coalition de l’Opposition » dont le péché originel serait en outre d’avoir comme leader un certain …Gilchrist Olympio, incarnation du « mal ».

Vous récidivez dans [le numéro 2313->http://www.jeuneafrique.com/gabarits/articleJAI_online.asp?art_cle=LIN08055quedoogotua0] avec une carte du Togo montrant une répartition des voix « (…) en fonction de critères, de réflexes, de positionnements ethniques et politiques dont les origines remontent à la période coloniale ».

Mais quel crédit accorder à cette analyse qui s’appuie sur des résultats tronqués ? Comment donner à ce qui est reconnu complètement faux dès le départ une base et des explications qui se veulent rationnelles ? Tout le monde le sait : là où les fraudes « classiques » ne suffisent pas, l’armée togolaise a toujours été utilisée pour terroriser, interrompre les dépouillements, confisquer des urnes et brûler des bulletins de vote, dans les fiefs de l’opposition. Ce fut le cas en 1998 !

Oserez-vous dire que les images de « France 2 » montrant des militaires en pleine action dans une école du quartier Bè le soir du 24 avril sont truquées, manipulées ? Que pensez-vous du rapport confidentiel de la Délégation de l’Union Européenne au Togo, authentifié par R.F.I.(Radio France Internationale), et abondamment commenté par ses journalistes ? Preuves à l’appui, et s’appuyant sur des données chiffrées, il démonte le mécanisme des fraudes mises en œuvre par le pouvoir.

Puisque vous considérez comme une « amnésie » la réaction du Parti Socialiste français « dont le secrétariat international a publié le 28 avril un communiqué exigeant une nouvelle élection au Togo », que pensez-vous alors de celle de M. Nicolas Sarkozy, le patron de l’U.M.P. au pouvoir en France qui, devant des étudiants de l’E.S.S.E.C., parle de « Parodie d’élection » ?

Face aux magouilles éhontées du pouvoir, votre objectif est manifeste : faire accréditer l’idée d’élections « propres », honnêtement remportées par celui que vous soutenez. Mais plus vous vous évertuez à le démontrer, plus la vérité fuse de toute part. Vos arguments sont fallacieux. Et vous essayez de faire diversion, en évoquant une « fracture » dont les origines remontent selon vous à la période coloniale. Là où vous parlez d’une division Nord / Sud, il faudrait voir plutôt une bipolarisation ayant comme noyau les Kabyè sur lesquels Eyadéma a bâti l’essentiel de sa stratégie politique. Les « deux Togo » que vous évoquez se répartissent ainsi entre les privilégiés du pouvoir en place et tous ceux, beaucoup plus nombreux, qui aspirent au changement. Faut-il reprocher à ces derniers une telle aspiration, après « quatre décennies de pouvoir absolu du général Gnassingbé Eyadéma » ?(Au moins vous aurez fini par le reconnaître ! ) C’est dans ce contexte qu’il faut situer la réaction de l’ex-ministre de l’intérieur, M. François Esso-Boko, que vous présentiez jadis comme « le jocker » d’Eyadéma. N’est-il pas Kabyè ? Beaucoup de gens du Nord partagent ses aspirations au changement. Est-ce un mal ? Faut-il vous rappeler que la mère du Président Sylvanus Olympio était du Nord ? En effet Gilchrist Olympio a pour grand-mère paternelle « une femme moba , une ethnie de l’extrême nord du Togo » (Voir « A M » N° 235, Avril 2005, page 44).
Etes-vous sincère lorsque vous écrivez que « le fils d’Eyadéma s’est employé à se démarquer des côtés sombres de son père » ? Posez la question aux dizaines de milliers de Togolais récemment jetés sur les routes de l’exil ! Ils vous répondront ! Ces « damnés de la terre » n’existent pas pour vous, attentifs que vous êtes à soigner l’image du « fils », après avoir servi le « père ».

L’habillage prétendument rationnel auquel vous vous livrez cache un parti pris grossier, honteux, qui décrédibilise « Jeune Afrique ». Il ne risque pas d’aider à réduire la « fracture », et à réconcilier vos « deux Togo ».Ce faisant, vous tuez l’espoir d’un peuple ! Vous tuez l’espoir de tout un continent !

René Ahlonko Sanvee
France