28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: les menaces de la junte militaro-civil sur Michel Kalife

Et ce sont ces « 200 familles » privilégiées et fraudeuses qui m’en veulent tout spécialement…

Message de Michel Nadim KALIFE

Je tiens particulièrement à vous informer que, suite à mon interview de dimanche dernier sur TV7 (chaîne privée du TOGO) qui m’accueillait comme l’invité de la semaine, 2 molosses s’étaient présentés ce matin, vers 8H45, au portail de mon domicile à Lomé, pour demander au gardien de l’immeuble de les introduire auprès de moi, en réclamant la personne qui était passée à la télévision dimanche soir dernier.

Le gardien leur dit que je ne reçois que sur rendez vous. Il les questionna quelque peu et ils lui dirent qu’ils travaillaient pour le Colonel Rock Gnassingbé, directeur adjoint du Port de Lomé, et l’un d’eux montra une photo de lui auprès de Rock.

Le gardien leur indiqua alors mon numéro de téléphone pour m’appeler et obtenir mon accord de les laisser monter me voir. Celui-là m’appela de son téléphone mobile pour me dire qu’il avait à s’entretenir avec moi au sujet de ce que j’avais dit à la télévision. Je lui répondis aussitôt de me dire au téléphone ce qu’il voulait m’entendre lui répondre. Il me dit qu’il ne pouvait le dire qu’en tête-à-tête. je lui répondis que j’exige la transparence avant de le rencontrer. Il me dit qu’il exigeait de me rencontrer en tête-à-tête et qu’il ne pouvait le dire au téléphone. Je lui rétorquai aussitôt que je refusais de le recevoir dans ces conditions, et que j’allais lui envoyer mon secrétaire à cet effet, et que, mon secrétaire étant parti faire des courses en ville, il fallait revenir à 11H pour le rencontrer à son retour.
Le gardien me confirma qu’ils quittèrent les lieux pour ne plus y revenir, et qu’il est prêt à les reconnaître s’il les rencontrait à nouveau.
Interrogeant mon gardien à leur sujet, il me rapporta que le molosse qui lui parlait avait bien la voix de « militaire »(l’on sait ce que cette expression veut dire ici) et qu’il lui avait dit que ce sont des anciens militaires de la garde présidentielle zambienne travaillant sous les ordres de Rock au Port de Lomé.

« j’avais dénoncé les privilégiés-prédateurs qui minent l’économie togolaise »

Rassurez vous, mes chers amis: J’ai déjà déposé plainte verbale auprès du Président de la Commission Nationale de Droits de l’Homme du Togo, et j’ai aussi saisi l’ambassade d’Allemagne ainsi que le Haut commissariat des Nations Unies auprès du Togo, et l’ensemble des journaux privés du Togo seront informés de cet incident dès demain matin.

Pour expliquer cela, il faut que vous sachiez que, lors de l’émission télévisée sur TV7 de dimanche soir dernier, j’avais dénoncé les privilégiés-prédateurs qui minent l’économie togolaise à travers le non paiement des droits de douanes et de TVA qu’ils ne versent pas au Trésor togolais, le privant ainsi (selon les estimations du Patronnat Togolais) de 25 milliards FCFA par mois, soit 300 milliards FCFA par an, ce qui est 6 fois supérieur à mes propres estimations de 50 milliards FCFA par an, figurant dans mon livre « COMMENT REBATIR LE TOGO DANS LA PAIX DES COEURS ». En fait, il s’agit de quelques dizaines d’entreprises qui participent à ces forfaits.
Je m’étais aussi attaqué aux députés togolais et au lobby des transporteurs routiers qui avaient amené le gouvernement togolais à subventionner l’essence (18 milliards pour les 6 premiers de 2008, laissant ainsi présager 50 milliards pour l’ensemble de l’année) tout en refusant d’exonérer de taxes douanières et de TVA les importations de produits alimentaires de première nécessité. J’expliquais cette décision égoïste comme permettant aux privilégiés qui ont plusieurs véhicules d’économiser 150.000FCFA sur leur essence par mois, alors que l’économie sur leur nourriture serait inférieure à 50.000FCFA par mois. Et que par contre, pour 98% des populations togolaises, l’exonération de toutes les taxes sur leurs consommations alimentaires leur apporterait beaucoup de soulagement dans leur misère du fait qu’elles ont perdu 30% de pouvoir d’achat depuis 2 ans.

« J’avais déploré le faible niveau de formation de nos cadres actuels de l’administration publique par rapport à ceux de ma génération », par suite du dépérissement du niveau de l’enseignement depuis 25 ans, et qu’il en était de même pour la santé publique et l’ensemble des infrastructures, routières comme énergétiques (voir les délestages actuels).
Et il y eut des tas d’autres critiques portant sur la mauvaise gouvernance de notre économie nationale par faute de compétences économistes, présentes au sein de l’administration et même parmi les membres du gouvernement. etc…
Et ce sont ces « 200 familles » privilégiées et fraudeuses qui m’en veulent tout spécialement… en raison de toutes mes déclarations qui les gênent en risquant de les dévoiler progressivement, déclarations que je répète à chaque occasion qui m’est offerte, notamment devant les représentants de la Banque Mondiale et des autres bailleurs de fonds qui m’ont avoué leur dépit de constater avec amertume comment l’ancienne compétence de l’administration togolaise a pu fondre si fort en 20 ans!!!

Donc, s’il m’arrivait malheur, sachez bien pourquoi et j’exhorte les plus courageux d’entre vous de reprendre le témoin de la recherche constante de la vérité pour une meilleure justice sociale au Togo. C’est tout ce que je souhaite.
De toutes mes forces,
Nadim Michel KALIFE (NMK)
Lomé 3 juin 2008

PRESENTATION DE NADIM MICHEL KALIFE

Nadim Michel KALIFE, de nationalité togolaise, est né à Lomé le 20 janvier 1944. Son arrière grand père maternel, Michel Nasr (déformé en Nassar et prononcé « naza »), était venu du Liban en 1885 pour s’établir commerçant à Keta, au Togoland allemand. Puis, son grand père Asaad Nassar quitta Keta en 1916 pour venir s’établir définitivement à Lomé, où il fit construire la 1ère maison toute en dur, non loin de la Cathédrale. Son oncle maternel, Philippe Nassar, fut élu député de Lomé en 1960. Son père, Michel Salim Kalife, était consul du Liban au Togo jusqu’à son décès en 1974. Tous ses parents et grands parents sont enterrés à Lomé. N. M. Kalife a fait ses études secondaires au Collège Saint Joseph à Lomé, puis ses études supérieures de sciences économiques à l’Université de Paris (Panthéon). Il enseigna l’économie politique à l’Université de Lomé de 1970 à 1984, où il fut le 1er Directeur de l’ESTEG, devenue FASEG. Il dirigea aussi, de 1969 à 1986, deux sociétés Import-Export, Ets M. S. Kalife et S.A.S, avant de se spécialiser après 1983, dans la fabrication d’objets d’artisanat d’art en bois précieux du Togo, dont la belle finition fit la renommée internationale des « Ateliers d’Art du Petit Prince ». Ainsi, sait-il allier la pratique des affaires et la théorie économique qu’il a enseignée durant 15 ans à Lomé et 3 ans à l’ESCP à Paris.

(Dos de couverture de son livre : Nadim Michel Kalife, COMMENT REBATIR LE TOGO DANS LA PAIX DES CŒURS, une piste de bonne gouvernance pour l’après législatives 2007, un bouquet de lumières pour les bâtisseurs de la Cité, Editions « L’Héritage », Lomé, juin 2007)