03/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Maître Agboyibo exulte, le peuple dans la tristesse

Maître Yawovi Agboyibo est né un certain 31 décembre 1943 à Kouvé. Selon nos enquêtes, ce fut un vendredi et non un Jeudi et il devrait se prénommer Koffi, et non Yawovi. Il y a là un problème où la date de naissance est fausse ou cela relève des caprices de celui à qui on attribue des pouvoirs surnaturels et qui un jour aurait disparu avec le fauteuil du Général Eyadema à Lomé 2, lors d’une altercation qui les opposait.

Ainsi le Bélier Noir de Kouvé a formé son cabinet avec une rapidité jamais égalée dans l’histoire du Togo. Tout semble indiquer que le Bélier de Kouvé est pressé, très pressé et on peut le comprendre aisément. Il a une feuille de route chargée et exigeante, et les défis à relever sont nombreux et grands de taille.
Mais par delà arriver à boucler les arbitrages et les savants dosages nécessaires à la formation d’une équipe gouvernementale en 4 jours, relève d’une gageure, ou d’un miracle auquel Jésus Christ avait habitué son peuple.
Mais Agboyibo n’est pas le Fils de Dieu, même s’il fréquente assidûment l’Eglise catholique, combinant à la fois sa foi, ses convictions animistes, et son ancrage dans la tradition de son terroir.

Qu’est ce qui fait courir Me Agboyibo ?

Qu’est ce qui fait courir Me Agboyibo pour qu’il donne son aval à une pale copie gouvernementale qui n’est pas la sienne alors que Faure a mis près d’un mois, après la signature de l’AGP avant de le nommer, dans un rôle qui s’apparente à une simple figuration. La preuve Agboyibo devra conduire le gouvernement sous l’ombre de son prédécesseur Eden Kodjo, revenu aux affaires en qualité de Ministre d’Etat à la présidence de la République, ce qui porte le nombre de ministres à 38..

De l’avis de tous, Me Agboyibo est un homme rusé dont on salue la vigilance et l’intelligence, vient de trébucher devant la citadelle du Rassemblement du peuple togolais (RPT) qui ne lui fait aucune concession dans le choix des hommes de son cabinet. Le RPT responsable de la crise politique et institutionnelle dans le pays, s’est taillé la part de lion dans cette répartition des portefeuilles, qui confère à Faure le contrôle absolu de tous les leviers de commande de l’appareil de l’Etat.

Comment assurer la neutralité de cet exécutif à dominante RPT lors du prochain processus électoral ? Quelle réconciliation est-il possible d’envisager lorsque des bourreaux présumés sont devenus aujourd’hui encore plus puissants qu’hier, dans le jeu politique actuel ?

Comment peut on envisager de réconcilier les Togolais en célébrant avec faste le 23 Septembre, le 20ième anniversaire d’un événement dont le fondement divise les Togolais ? Agboyibo et ses comparses de l’opposition y étaient tous présents au grand dam du peuple togolais.

Comment proclamer la neutralité de l’armée dans l’Accord Politique Global et confier par la suite la sécurité du peuple togolais, à un officier de l’Armée dont les éléments auraient perpétré des actes de sauvagerie sur des populations qui dénonçaient le hold up électoral d’avril 2005 ?.

Au nom de quels principes Me Agboyibo, qui représente l’ensemble des forces en lutte pour le changement dans le pays, puisse accepter d’avaler cette imposture en fermant les yeux au moment où les forces conservatrices du RPT faisaient main basse sur les portefeuilles de souveraineté et ramassaient à tour de bras près de la moitié des portefeuilles de son cabinet ?
C’est grave ! Et cela frise l’indécence et l’inconséquence et fait passer l’homme terrible de l’opposition togolaise au rang des plus réactionnaires du régime.

Me Agboyibo a une capacité phénoménale d’assimilation

En si peu de temps il est devenu un érudit des manœuvres, des coups tordus, et des entourloupes dans lesquels le RPT, est passé expert, et qui lui confèrent la puissance de destruction massive de l’économie et du tissu social, du Togo.
Me Agboyibo est à la tête d’un Gouvernement RPT, avec des circonstances aggravantes qui ont vidé l’AGP de son contenu et de sa portée. Aujourd’hui Me Agboyibo n’a rien à reprocher à Edem Kodjo qu’il a toujours accusé d’être un agent à la solde de la France, récidiviste, resquilleur.
Elo Mache Mache, c’est connu, c’est le candidat d’Omar Bongo Ondimba qui a usurpé la place naturelle de l’UFC appuyée par le Médiateur du Dialogue Intertogolais, Blaise Compaoré.
Il a non seulement usurpé la place de l’UFC, mais il a également trahi les forces démocratiques de notre pays, en apparaissant comme un allié de classe exceptionnelle du RPT pour la pérennisation du règne dynastique.
Il apparaît clairement que Me Agboyibo a simplement apporté sa caution à une équipe que des tripatouilleurs de Lomé2, responsables de la longue crise politique au Togo, avaient depuis longtemps, au lendemain de l’ouverture du Dialogue National, élaboré sous réserve du saupoudrage de quelques leaders de l’opposition en quête de découvrir les délices du pouvoir.

Faure et Agboyibor ont violé l’esprit et la lettre de l’Accord Global Politique, ce qui laisser augurer d’une crise plus profonde en perspective, et ont provoqué la colère de Blaise de Compaoré.
Si le nouveau Chef de Gouvernement n’est pas en mesure de faire triompher ses convictions dans le choix des hommes qui devront l’accompagner dans la réalisation de sa mission de mettre fin aux dérives autocratiques que connaît le Togo, comment pourrat-il s’opposer au viol du scrutin et à la réédition du vol de la victoire dont le RPT a habitué le Togo.
Il n’a échappé à personne qu’avant le 20 août 2006, le pouvoir du Fils ne reposait sur aucune légitimité, au regard du parcours extra légal et sanglant qui l’a installé au Sommet de l’Etat.

Un accord qui s’apparente à un compromis

Cet accord, de l’avis de tous, est un compromis politique entre les acteurs signataires de l’AGP qui remet le pouvoir RPT et l’ensemble des forces de changement du Togo sur un pied d’égalité, et le cabinet formé devrait refléter cette nouvelle donne politique.
Malheureusement Agboyibo vient de trahir l’ensemble de l’espérance de tout un peuple en piétinant la mémoire des victimes de la démocratie et de la barbarie, même si sans vergogne, il a salué leur mémoire au cours de sa cérémonie d’investiture au cours de laquelle il fut vivement chahuté par les députés du RPT.

Une répartition équitable et équilibrée de la nouvelle équipe devrait accorder à chaque formation politique signataire de l’AGP 3 portefeuilles, 2 aux partis politiques associés et non signataires de l’Accord, et 1 à chaque organisation de la société civile, partie prenante.
Bref, un cabinet restreint fort de 22 membres, à l’exclusion des copains et des coquins, exprimerait une forte volonté du Gouvernement de maîtriser la dépense publique, par ces temps de crise économique exacerbée, où la simple respiration est un parcours de combattant.

En dépit de l’absence de l’UFC de Gilchrsit Olympio, de l’Alliance de Pere-Agbeyome, et du PRR de Nicolas Lawson, l’exécutif togolais a battu tous les records surabondants de ministres dans notre pays.
La suite de la mission de Me Agboyibo semble compromise, car s’il est vrai que la tenue chaque mardi du conseil de cabinet est dorénavant supprimée, selon les proches de l’homme de Kouve, que peut faire les ministres de l’opposition face à Faure et ses ouailles dans les arbitrages au cours des Conseils des Ministres ?

Par ailleurs Edem Kodjo qui vient de se faire nommer Ministre d’Etat à la Présidence de la République apparaît comme un Premier Bis qui risque de compliquer la mission de Me Agboyibo, et ce dernier en est bien conscient. Les prochains jours nous promettent des étincelles en perspective !.

Vous avez dit arrogance ?. C’est exact !

La configuration de cette équipe de l’exécutif porte en elle-même les germes de conflits latents dont l’expression ne tardera pas à se manifester. Il est fort à craindre que certaines personnalités de l’opposition ne supporteraient pas plus que raison l’arrogance du RPT, tout au long du chemin qui conduira le peuple à choisir ses représentants, à la Chambre des députés.

Edem Kodjo est entré dans l’histoire en rendant possible par l’AGP la légitimation du pouvoir sanglant et décrié de Faure, qui du coup, s’est vu dérouler devant lui le tapis rouge des puissants de l’Europe, qui continuent de croire qu’ils peuvent dans leurs palais dorés dicter la marche du continent. Agboyibo s’est porté volontaire pour pérenniser le règne de la famille Gnassingbe.

Ce gouvernement d’Union pour la réconciliation et l’organisation des élections législatives est un leurre, que viennent de servir aux Togolais Bongo Ondimba et Kadhafi pour maintenir le peuple togolais dans l’esclavage.
Si Me Agboyibo avait encore une dose de dignité, il est encore temps qu’il remette sa démission, rien ne l’empêche, ce gouvernement n’est pas le sien et il ne l’a ni paraphé, ni signé. Il en sortira grandi et son audience renforcée dans l’opinion.

On ne peut rencontrer le destin qu’en s’oubliant !.

FIN/IPG/PLM/2006
Publié le 27/09/06 dans Infosplusgabon © Copyright