26/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo-Présidentielle: Sortie du candidat Jean Pierre Fabre du FRAC

SAVOIR NEWS – 19/02/2010 – Le Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC), une coalition de cinq partis avec l’Union des forces de changement (UFC, principal parti de l’opposition) est entré dans l’arène des opérations de charme pour le scrutin présidentiel du 4 mars, a constaté vendredi l’Agence Xinhua dans la capitale togolaise.

Les affiches du candidat du Front, Jean Pierre Fabre, mais aux couleurs de l’UFC sont dorénavant visibles à travers la ville de Lomé.

Les rues ont renoué avec des militants habillés de tee-shirts jaunes frappés au palmier rouge, l’emblème de l’UFC, à motos tirant à l’arrière des casseroles ou des branches de palmier.

Dans la ville, les poteaux électriques de l’entre-rue du Boulevard du 13 Janvier, le principal boulevard en forme circulaire de la capitale togolaise, sont pavoisés aux branches de palmier.

Au siège du parti UFC où l’état-major du FRAC devrait rencontrer les militants et sympathisants, l’ambiance est à celle des vacarmes des grands rendez-vous électoraux faits de coups de sifflets et de slogan.

Le FRAC est entrée sur la scène politique le 17 février en repositionnant Jean-Pierre Fabre, précédemment candidat de l’UFC, quelques jours après que le parti eut annoncé la suspension de la participation du candidat au processus électoral.

Il est une coalition de l’association Sursaut de l’ancien ministre et ancien député français d’origine togolaise Kofi Yamgnane, de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), du parti Alliance, du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) et de l’Union des forces de changement (UFC). Selon le porte-parole du FRAC, Kofi Yamgnane, « long et difficile» a été le chemin pour arriver à la création de cette coalition.

«Cela a été long. Cela a été difficile, mais nous y sommes parvenus », a indiqué M. Yamgnane qui souligne que le FRAC est en même temps « une ligne de défense et une ligne d’attaque ».

Sur les chances du Front de combler le vide né de son entrée tardive dans l’arène, le candidat Jean-Pierre Fabre avait fait noter que c’est la dynamique créée par le FRAC qui va tout renverser.

M.Fabre a été positionné par l’UFC dont il est le secrétaire général. Sa candidature engagée pour éviter une absence de l’UFC, pendant que le leader Gilchrist Olympio investi, mais hors du pays, souffrait d’un « mal de dos » qui l’empêchait de faire le voyage sur Lomé pour se conformer aux exigences du code électoral.

Cela a été à l’origine d’une crise au sein du parti qui a suspendu la participation de ses trois représentants au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) aux travaux de cet organe chargé de l’organisation, de la supervision et de la proclamation des résultats provisoires du scrutin.