23/06/2024

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo-semaine 2/2023 : l’arrestation de l’ex-chef d’Etat-major Abalo Félix Kadanga, 60ème anniversaire de l’assassinat de Sylvanus Olympio, création des CELI…

L’actualité de la semaine du 9 au 15 janvier 2023 tourne autour de l’arrestation de l’ancien chef d’Etat-major général des Armées, Abalo Félix Kadanga,de la commémoration du 60ème anniversaire de l’assassinat du premier Président du Togo, Sylvanus Olympio, de la création des Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) annonçant les couleurs de l’enclenchement du processus d’organisation des deux élections annoncées pour cette année 2023, à savoir les élections régionales et les législatives.

L’arrestation de l’ancien chef d’Etat-major général des Armées, Abalo Félix Kadanga…

Nombreux sont les togolais qui ne croient pas à l’arrestation de l’homme fort qui a dirigé les Armées Togolaises entre 2013 et 2020 et terrorisé les populations pendant des années. Le général Félix Abalo Kadanga a été interpellé dans la nuit du jeudi 12 janvier 2023 et est gardé à vue pour affaire le concernant. Si aucune précision n’est donnée par les autorités judiciaires sur les raisons qui sous-tendent la mise en résidence surveillée du beau-frère du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, chacun a sa petite idée sur ce qui ressemble à un règlement de compte interclanique. 

Nombreuses sont les supputations; si pour les uns, l’arrestation de celui qui est considéré comme un intouchable est liée à la situation catastrophique des attaques terroristes qui prévalent dans la région des savanes, pour d’autres, son interpellation ferait suite à des soupçons de déstabilisations, certains estiment qu’il fait l’objet d’une manoeuvre de Faure Gnassingbé qui craindrait pour sa sécurité.

Chacun y va de son commentaire, avec des motifs qui semblent fondés. Félix Abalo Kadanga, très proche politiquement de Faure Gnassingbé en plus de ses liens matrimoniaux avec une fille du Général Gnassingbé Eyadema, est tombé en disgrâce depuis le 06 décembre 2020, date de son éviction de l’Etat-Major et son remplacement par le Général de Brigade, Dadja Maganawé. Il est réduit et placardisé à ses nouvelles responsabilités de président de la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la circulation et le trafic illicites des Armes Légères et de petits calibres (CNLPAL), un poste alibi pour le marginaliser.

Pour ceux qui font le lien avec la situation dans la région septentrionale, il se susurre que des hauts gradés proches Abalo Félix Kadanga refuseraient de monter au front, pour faire face aux terroristes qui mettent en déroute et tuent les soldats inexpérimentés recrutés il y a à peine un an. Ce qui expliquerait la fragilité du dispositif sécuritaire de l’opération Koundjoare. Si tel est le cas, quelles seraient les implications du Général Félix Abalo Kadanga pour qu’il soit arrêté nuitamment, en pleine guerre contre le terrorisme ? 

N’y aurait-il pas d’autres raisons qui justifieraient cette arrestation qui coïncide avec des mouvements incompréhensibles à la tête des différents départements des Forces Armées Togolaises ?

L’on soupçonne la paranoïa de Faure Gnassingbé qui voit des ennemis partout. Le Général Félix Abalo Kadanga est de ceux qui faisaient la pluie et le beau temps, aux côtés de feu Ernest Essohanam Gnassingbé, le frère de Faure qui est à l’origine de l’attentat meurtrier contre le convoi de Gilchrist Olympio à Soudou en 1992. 

Pourquoi donc à sa nomination au gouvernement, Gnakadé la ministre de la Défense (déchue en decembre 2022) était pressée de balayer tout le système de l’Etat-major fidèle au Général Kadanga ? Pourquoi les résultats d’enquête sur l’assassinat du Colonel Madjoulba ne sont pas rendus publics ?  Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? »

La commémoration du 60ème anniversaire de l’assassinat de Sylvanus Olympio, 

La semaine a été également animée par la commémoration du 60ème anniversaire de l’assassinat de Sylvanus Olympio. Il y a effectivement 60 ans, le Père de l’indépendance du Togo, Père de la nation Togolaise a été lâchement et sauvagement assassiné. Cet acte odieux est l’œuvre du soldat Etienne Eyadéma Gnassingbé (pére de Faure Gnassingbé) sous les ordres d’un soldat français, le Sergent Maitrier. D’aucuns sous-entendent que ce serait plutôt PAUC, un soldat français, qui aurait tué le président Sylvanus Olympio.

La vérité qui est bien protégée dans les archives françaises et américaines sera-elle un jour dévoilée ? Des témoins ont parlé, une partie des documents ont été déclassifiés par l’administration française. L’Etat Togolais osera-t-il demander l’ouverture totale de ces archives à la France ? 

En attendant il est tout de même possible de reconstituer le déroulement de cette nuit macabre qui a boulversé le destin radieux du Togo.

Revenons à la commémoration du 60ème anniversaire de l’assassinat de Sylvanus OLYMPIO le premier Président du Togo, il faut noter une multitude de célébrations selon l’agenda et l’importance que chacun accorde à cet homme dont le souvenir est toujours vivace dans le cœur des Togolais épris de justice et de liberté.

Le vendredi 13 Janvier 2023, une messe a été célébrée à la Cathédrale Sacré Cœur de Lomé. C’était en présence des militants de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et plusieurs autres personnalités publiques.

Dans son homélie, le célébrant, Mgr Nicodème BARRIGAH, a indiqué que « pour la majorité des Togolais, qui ignorent les pages glorieuses de l’histoire de notre pays, cet homme qui eut le privilège de proclamer l’indépendance de notre nation le 27 avril 1960 n’est qu’un nom parmi tant d’autres ; un nom sur lequel les années ont amassé la poussière de l’oubli. Mais pour ses compagnons de lutte et ceux qui connaissent l’intrépidité de son combat pour notre émancipation effective du joug colonial, feu Sylvanus Olympio demeure une icône, un flambeau, un monument à honorer du plus bel hommage, une référence dont il convient de nous inspirer pour poursuivre l’œuvre de libération qu’il avait entreprise avec noblesse d’âme, abnégation et détermination ».

Du côté de la Société civile Togolaise, une délégation des mouvements et associations conduite par le Professeur David Dosseh, Coordinateur national de Tournons La Page (TLP-Togo) et premier porte-parole du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) ont choisi de faire le déplacement à Agoué, sur la tombe de Feu Sylvanus Olympio pour y déposer des gerbes et lui rendre un hommage mérité. Sans oublier l’hommage vibrant du doyen Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo qui fait campagne pour le rapatriement du corps du Président Sylvanus Olympio du Bénin vers le Togo et aussi la nécessité d’un procès pour situer les responsabilités.

La création des Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) 

La semaine se termine sur l’information relative à la création de 56 Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) annonçant les couleurs de l’enclenchement du processus d’organisation des deux élections annoncées pour cette année 2023, à savoir les élections régionales et les législatives.

La mission assignée aux 56 CELI est notamment d’exécuter les décisions de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de superviser les différentes opérations inscrites à l’agenda des deux élections sur le terrain. 

Ainsi, Faure Gnassingbé et ses amis viennent de donner le coup d’envoi du processus électoral, dans un contexte de verrouillage de l’espace civique qui rime avec l’empêchement ou l’interdiction de la plupart des organisations de la société civile de mener des activités de sensibilisation et de mobilisation.

10ème anniversaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara, les 9 et 11 janvier 2013.

C’est le 10ème anniversaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara, les 9 et 11 janvier 2013. Acte criminel  qui comme par hasard, a été perpétré en début d’une année d’élection legislative et qui a servi à embastiller ou mettre sous contrôle judiciaire nombre de candidats potentiels à une élection legislative qui était attendue en 2012.

La rédaction letogolais.com