08/08/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : une tentative pour biaiser les résultats des législatives ?

Par Vénavino D’ALVES

A l’occasion des élections législatives du 14 octobre 2007, les citoyens togolais se sont massivement déplacés dans les bureaux de vote pour élire leurs représentants à l’Assemblée nationale. Extrêmement forte était la détermination des Togolais pour mettre fin par la voie électorale à quarante ans de domination du régime RPT. Selon les estimations lors des premiers dépouillements, plus de 70 % du corps électoral a voté pour l’Union des Forces de Changement (UFC). A cette déferlante, le Rassemblement du peuple Togolais (RPT), le parti au pouvoir, semble avoir résisté dans certaines circonscriptions de la partie septentrionale du Togo. Alors que les partis alliés ou ralliés au clan des Gnassingbé auraient été totalement laminés lors de ses scrutins. L’annonce des résultats est donc éminente; il bruisse dans tout le pays, une tentative du pouvoir RPT de biaisée les résultats des urnes. Comment donc s’est déroulée cette folle journée d’élection et quels sont les événements qui l’ont marquée.

PAGAILLE ELECTORALE A TOUS LES NIVEAUX

Si généralement le scrutin s’est déroulé dans le calme dans la plupart de bureaux de vote, les problèmes n’ont pas manqué dans bon nombre d’endroits appelant à s’interroger sur un travail de préparation qui n’avait pourtant cessé d’être vanté de façon excessive par le gouvernement. Quels étaient les problèmes les plus courants ?

Des retards au démarrage : presque partout, on a noté un retard dans le début des opérations de vote. Ces retards étaient dus à la livraison tardive du matériel électoral et au retard des personnels des bureaux de vote.

Imbroglio des listes électorales : nombre d’électeurs qui s’étaient fait recenser, eu un mal fou à retrouver leurs noms sur la liste des électeurs, suscitant colère, émotion, contestation.

La question de l’authentification des bulletins de vote a rebondi avec un puissant effet boomerang en plein scrutin, menaçant de tout faire capoter. Les timbres prévus pour l’authentification des bulletins, le matériel électoral se sont révélé tellement insuffisants. Le gouvernement et la CENI ayant sciemment organisé la pénurie pour perturber les élections dans certaines circonscriptions.

Fraudes manifestes : on signale que Vouley Frititi, candidat du RPT dans la préfecture de Danyi aurait été pris en possession de bulletins prévôtés, technique habituellement utilisée au RPT. Informé du problème, Esso Solitoki, secrétaire général du RPT aurait déclaré qu’il n’était pas candidat du RPT alors qu’il était jusqu’alors député dans l’Assemblée mouton RPT dont la dissolution a conduit à ce scrutin.

Vente de cartes d’électeurs : à Lomé comme ailleurs, la pratique qui avait déjà été signalée dans certaines préfectures (notamment à Danyi) où les cartes d’électeurs se monnayaient fort cher a été rééditée au cours même du scrutin à un tarif allant jusqu’à 20 000 F CFA.

Actes de violence : encore une fois, ils n’ont pas manqué et on signale à ce propos qu’à Dansou Kondji Fiové, village situé à 50 km d’Aného, c’est la volonté du chef du village de faire déplacer les urnes d’un endroit à un autre qui a poussé à la résistance des populations qui a dégénéré en bagarre ayant occasionné cinq blessés dont une femme sur lesquels deux cas graves, évacués sur l’Hôpital d’Afagnan, ont été signalés.

Alors que tout le monde attend la proclamation des résultats, la grande question qui se pose est de savoir si ces résultats refléteront réellement le verdict des urnes. Il semble que lors des dépouillements dans la plupart des bureaux de vote, la tendance générale met l’UFC en tête des suffrages exprimés. Une rumeur insistante bruisse, soupçonnant les laboratoires du RPT d’œuvrer nuitamment pour inverser le verdict des urnes en organisant un résultat sur la base ethnique. Force est de constater que les lendemains de ces élections annoncent pour les Togolais, encore bien des soucis à l’horizon.

La rédaction letogolais.com