01/07/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Une marche d’étudiants dispersée à Lomé

Plusieurs groupes d’étudiants ont manifesté le 24 novembre dernier sur le campus universitaire de Lomé. Ils réclamaient la diminution des frais de scolarité et la révision de la date de clôture des inscriptions sur le campus.

Le matin, un groupe muni de sifflets a fait irruption dans les amphithéâtres pour en faire sortir les étudiants; un rendez-vous a été donné devant la Direction des Affaires Académiques et de la Scolarité (DAAS). Là, les étudiants se sont heurtés à une gigantesque meute d’agents de sécurité dépêchés sur les lieux qui les ont obligés à se disperser. Pendant ce temps, un autre groupe s’organisait dans la ville en direction du Rectorat de Lomé situé dans l’enceinte du lycée de Tokoin, il a été rattrapé et dispersé à coups de matraques. Un dernier groupe a réussi à atteindre le Rectorat mais il n’a pu agir car contraint de rebrousser chemin. La manifestation a occasionné beaucoup de blessés et d’interpellés dans les rangs des étudiants. Finalement, les autorités ont établi un communiqué prorogeant le délai de clôture des inscriptions au campus universitaire du 28 novembre au 31 décembre 2003, faute de quoi une majoration de 50% serait observée sur tous les frais d’inscriptions. Les autorités rectorales ont maintenu ces frais d’inscriptions à l’Université beaucoup trop onéreux pour la bourse des étudiants. La semaine dernière, une délégation d’étudiants avait souhaité rencontrer le chef de l’Etat qui a décliné l’audience. On se souvient que dans le passé il avait ordonné la diminution de moitié des frais d’inscription. Déçus et humiliés, les étudiants ont dû recourir à la réclamation de leurs droits par ces manifestations violentes. « Elles ne s’arrêteront pas tant que les autorités voudront que des milliers de nos camarades restent à la maison » a lancé un organisateur de la dernière manifestation.

La rédaction letogolais.com