06/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Visite de Faure Gnassingbé à Bruxelles

PANAPRESS – 04/09/062006 – – L’Union européenne rétablira une coopération pleine et totale avec le Togo après l’organisation des élections législatives anticipées qui doteront ce pays d’une Assemblée légitime et représentative de l’ensemble du peuple togolais, a fait savoir lundi au cours d’un point de presse, M. Louis Michel, commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire, à l’issue d’un entretien avec le Président Faure Gnassingbé en visite de travail à Bruxelles.

« Tant que le Togo ne sera pas doté d’une Assemblée légitime et représentative, on ne peut aller vers la normalisation des relations », a dit le responsable européen, qui a lancé un avertissement à tous ceux qui prendraient le risque de ne pas s’inscrire dans la logique d’un calendrier électoral devant conduire à l’organisation d’élections législatives anticipées, « ils feraient perdre aux Togolais et aux Togolaises des sommes considérables ».

M. Michel a tenu à affirmer que après l’accord politiques global intervenu entre les partis politiques togolais, le Togo a rempli tous les engagements pris en avril 2004 envers l’Union européenne, sauf un, celui portant sur le calendrier électoral.

Dès l’annonce de la date des élections législatives anticipées, l’Union européenne signera avec le Togo l’accord pour le 9ème Fonds européen de développement (FED) qui permettra de débloquer au moins 40 millions d’euros en faveur de ce pays.

La signature du 9ème FED conditionne celle du 10ème FED, correspondant à la période 2008-2013. Les reliquats du 9ème FED et les ressources du 10ème FED, représentent un montant de plus de 150 millions d’euros.

L’annonce de la date des élections législatives anticipées devrait se faire avant de la fin de l’année 2006, pour que le Togo puisse bénéficier des ressources encore disponibles du 9ème FED. On rappelle que le mandat actuel du Parlement togolais doit courir jusqu’en octobre 2007.

Pour Louis Michel, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale implique, « dans tous les cas de figure », la dissolution anticipée de l’Assemblée actuelle. On n’imagine pas un gouvernement d’union nationale fonctionnant avec une Assemblée qui ne le contrôle pas, a encore dit le commissaire européen.

M. Michel a tenu à féliciter le président Faure Gnassingbé pour avoir réussi à organiser le dialogue inter-togolais sans exclusive dans le but de réaliser une véritable réconciliation nationale.

Pour sa part, le Président togolais a déclaré qu’après la signature de l’accord politique global, « nous sommes à une étape très importante du processus devant nous conduire aux élections législatives et devrait donc techniquement déclencher la normalisation totale des relations avec l’Union européenne ».

« Je suis venu à Bruxelles pour dire l’espérance nouvelle et les attentes du peuple togolais qui a trop souffert de ce déficit de coopération avec l’Union européenne », a-t-il dit.

Pour la constitution d’un gouvernement d’Union nationale, le Président du Togo n’y voit aucun obstacle majeur, tous les partis politique ayant exprimé clairement la volonté d’y participer. « Je vais exercer les prérogatives constitutionnelles qui me reviennent dans le souci de réunir l’ensemble des Togolais, pour la réconciliation nationale », a affirmé M. Gnassingbé.

Concernant la date des élections législatives anticipées, il a reconnu que le Togo a besoin d’une Assemblée « légitime, reconnue et représentative » du peuple. « Plus tôt nous irons aux élections, mieux ce sera. Les considérations techniques doivent prendre le pas sur les préférences politiques ou politiciennes », selon le chef de l’Etat togolais.

Après sa rencontre avec Louis Michel, M. Faure GNassingbé a été reçu tour à tour par M. Javier Solana, haut représentant de l’Union européenne pour la politique extérieure et de sécurité commune (PESC) et par M. Durao Barroso, président de la Commission européenne.