06/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Visite de Faure Gnassingbé à Paris, des partis français crient au scandale

APA-05/09/06–Des partis politiques de la gauche française ainsi que des Ong ont dénoncé, hier, à Paris, au cours d’une conférence de presse, la visite officielle que doit effectuer à partir de ce mercredi en France, le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé.

«Les partis de gauche s’associent pour dénoncer cette visite. Cette réception très officielle qui est réservée à Faure Gnassingbé témoigne d’une volonté de la France de couper l’herbe sous les pieds de l’Union européenne qui a une autre lecture de la situation politique au Togo», a déclaré le député des Verts, Noël Mamère.

Le député français estime que la présence du président togolais en France est la preuve du parti pris affiché par le chef de l’Etat français, Jacques Chirac, dans la gestion de la crise politique au Togo.

Selon M. Mamère, les autorités françaises «ont légitimé le pouvoir illégitime d’un homme arrivé au pouvoir par les armes». Mais, c’est fait à dessein, a-t-il fait remarquer.

«La politique de la France consiste à aider les dictateurs africains, à les armer contre les peuples. Nous pensons qu’il est temps que la France change de politique sur le continent», a-t-il notamment indiqué, appelant par ailleurs «à la mort de la Françafrique» et la dissolution de la cellule africaine de l’Elysée. «Nous sommes scandalisés de voir la France, chantre de la démocratie, dérouler un tapis rouge à Faure Gnassingbé qui est arrivé au pouvoir sur un tapis de sang».

«Tous les dictateurs doivent être déclarés persona non grata», a pour sa part déclaré la présidente de l’Ong Survie.

«Aujourd’hui, la France est en train d’envoyer un message aux jeunes africains : faites un coup d’Etat béni par la France et ensuite on vous créera une commission de réconciliation», a-t-elle déclaré, se désolant par ailleurs du fait que l’accord politique global intertogolais signé le 20 août dernier n’ait pas pris en compte la question «capitale de la justice et de l’impunité». «Il faut que Chirac cesse d’apporter sa caution à ces régimes dictatoriaux. La France doit, au contraire, aider les peuples africains à s’affranchir et non soutenir des régimes qui les enfoncent», a déclaré pour sa part le Parti communiste français.

Pour se faire entendre, les partis de gauche et les Ong ont prévu d’organiser mercredi à 18 heures, à la Place du Chatelet à Paris, un grand rassemblement «pour dire à Chirac que nous ne voulons pas de Faure Gnassingbé en France».

Une trentaine d’associations africaines et françaises devraient y prendre part aux côtés des organisations de la diaspora togolaise.

Apa –