01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Visite de travail du Premier ministre du Togo à Bruxelles

PANA- 17/09/2008- Le nouveau Premier ministre du togolais, M. Gilbert Fossoun Houngbo, est arrivé mercredi à Bruxelles où il va co-présider, jeudi et vendredi, avec Louis Michel, commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire, les travaux de la conférence internationale de bailleurs de fonds pour le Togo, a-t-on appris de source officielle européenne.

L’Union européenne avait suspendu sa coopération avec le Togo durant 14 ans (1993-2007), pour « déficit démocratique », rappelle- t-on.

Après les élections législatives de 2007, jugées « libres, transparentes et démocratiques » par la Mission d’observation électorale européenne, Bruxelles a rétabli la coopération pleine et totale avec Lomé, entraînant dans son sillage les institutions multilatérales de financement du développement, qui seront présentes à la conférence internationale de donateurs pour le Togo.

Au sein de l’importante délégation togolaise se trouve le ministre de la Coopération au développement, Gilbert Bawara, maintenu à son poste après la formation du nouveau gouvernement dirigé par Gilbert Fossoun Houngbo. Ayant occupé ce portefeuille depuis de longues années, Gilbert Bawara est un homme rompu aux négociations avec l’Union européenne.

Après le rétablissement de la coopération avec Bruxelles, le Togo avait bénéficié d’une aide financière de 40 millions d’euros, reliquat du 9ème Fonds européen de développement (FED), instrument financier de l’Accord de Cotonou.

Alors que l’enveloppe totale était de 100 millions d’euros, le Togo avait perdu le bénéfice de 60 millions d’euros, étant resté longtemps non éligible au FED, en conséquence des sanctions que l’Union européenne avait décrétées à son encontre.

Redevenu éligible, le Togo bénéficiera d’une enveloppe de 150 millions d’euros au titre du 10ème FED, durant la période 2008- 2013.

Sur la base des crédits du FED, les autres bailleurs de fonds multilatéraux feront des montages financiers pour soutenir l’effort de développement du gouvernement togolais.

Sans doute que la délégation togolaise profitera de l’occasion pour solliciter une aide d’urgence de la communauté internationale pour faire face aux dégâts causés par les dernières inondations qui ont notamment détruit des ponts stratégiques pour l’économie du pays.