03/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Appel urgent pour faire échec au coup de force électoral au Togo

Depuis la démission de Faure Gnassingbé et la levée immédiate, sans condition, des sanctions de la CEDEAO et de l’Union Africaine, les institutions chargée de la préparation et de l’organisation des élections puis la proclamation des résultats sont toutes contrôlées par les autorités au pouvoir et ont pour la plupart participé au Coup d’Etat.

Ces institutions sont assistées de trois experts de la CEDEAO qui n’ont manifestement pas les moyens de faire respecter l’accord en neuf points que le pouvoir en place et l’opposition ont signé le 28 février 2005, sous la houlette de la CEDEAO. L’entière marge de manœuvre laissée aux putschistes pour qu’ils organisent les futures élections présidentielles à leurs conditions apparaît de plus en plus, de fait, comme un aval donné au régime pour concrétiser, par un coup de force électoral, des coups d’Etat avortés des 5 et 6 février derniers. Si la communauté internationale s’accommode d’un tel habillage électoral, la population togolaise n’acceptera pas qu’une mascarade électorale ouvre la voie à de nouvelles décennies de violations des droits humains et de confiscation des libertés.

Nous lançons un appel solennel à la communauté internationale afin qu’elle s’implique fortement aux cotés d’un peuple pris en otage par un régime de terreur. Nous exhortons la CEDEAO, l’Union Africaine, l’ Union Européenne, l’ ONU, le National Democratic Institute (N.D.I), l’O.I.F à s’engager à envoyer un grand nombre d’observateurs internationaux, civils et militaires dans le but de garantir la sécurité et la libre circulation de tous les candidats et des électeurs, ainsi que la transparence et la régularité dans la gestion du vote. L’implication de la société civile togolaise et africaine, y compris la diaspora togolaise est également indispensable.

Cette mobilisation convergente des forces et institutions démocratiques doit obtenir :

– la mise en place et le fonctionnement effectif des commissions électorales nationale et locales incluant les représentants de toutes les parties prenantes aux élections,
– la révision sérieuse des listes électorales validée par la comparaison de la déformation géographique de cette liste par rapport à la structure des listes des élections de 1998 et 2003 comparée à la progression démographique,
– La présence effective, dans la totalité des bureaux de vote des représentants d’organisations internationales, CEDEAO, Union Africaine, Union Européenne, ONU, National Democratic Institute (N.D.I), O.I.F. et des représentants de la société civile;
– Le contrôle préalable de tous les équipements, urnes, matériel informatique, encre indélébile utilisée pour le vote ;
– La remise effective, aux représentants de chaque candidat d’une copie des procès verbaux attestant des résultats du bureau de vote,
– Enfin, la neutralité absolue de l’armée togolaise avant, pendant, et après les élections afin de garantir aux togolais les libertés élémentaires et fondamentales dont ils ont besoin pour accomplir leur devoir citoyen.

Il y a urgence, car la transparence et l’équité de ces élections sont déterminantes pour éviter au Togo de basculer dans la violence. Aucune organisation nationale ou internationale destinataire de cet appel ne pourra prétendre ignorer l’ampleur ni la gravité des menaces qui planent sur le Togo et partant, sur toute la sous-région ouest africaine.

Fait le 3 Avril 2005

initiative150
La Coalition Contre le Coup d’Etat au Togo
E-mail : initiative150@initiative150.org

[www.initiative150.org->http://www.initiative150.org]