12/04/2024

Les actualités et informations générales sur le Togo

Aimé GOGUE: « des collègues de La Coalition semblent être prêts à entrer dans un Gouvernement … »

Un petit rappel des évènements depuis le 27 mai. Le 27 mai, 4 partis politiques (La Coalition moins l’ADDi et l’UFC) avaient rencontré Faure dans le cadre des consultations pour la formation d’un Gouvernement d’Union Nationale. Suite à cette rencontre on avait pensé à une «dislocation» de La Coalition. Le 2 juin, une délégation de La Coalition a rencontré les Présidents Obasanjo et Kufor (CAR, CDPA, UDS-Togo et UFC) à Accra. Il y avait été décidé que La Coalition devrait communiquer le nom du Premier Ministre au plus tard le lundi 6 juin. En sa réunion du samedi 4 juin, La Coalition avait décidé de procéder par trois étapes:

– préparer une plate forme;
– négocier cette plate forme avec le RPT;
– proposer un premier ministre issu de La Coalition.

S’il y a accord sur la plate forme, alors La Coalition transmettra le nom du Premier Ministre. Si le désaccord est profond, il y a interruption de dialogue. S’il y a des divergences, le médiateur nommé par l’UA jouera son rôle pour approcher les deux partis. Mais en même temps que la plate forme se discutait, La Coalition devait choisir un Premier Ministre dont le nom ne sera communiqué qu’après l’accord obtenu avec le RPT.

La plate forme a été adoptée le lundi 6 juin en présence de tous les partis politiques de La Coalition. L’UFC a fait savoir qu’elle a besoin de temps pour la faire examiner par ses instances (Comité Directeur (?), Président, notamment), ce qui ne semblait pas être initialement prévu. Après le départ de l’UFC, les cinq autres partis de La Coalition sont allés transmettre la plate forme à Faure. Vous aurez la plate forme dès accord des membres de La Coalition. Cette stratégie permet de «satisfaire» les pressés qu’ils veulent répondre aux «injonctions» d’Obasanjo (!). L’accord sur cette plate forme est plus prioritaire pour garantir la défense des intérêts du peuple que le choix du PM. C’est pour cette raison que, au niveau de La Coalition, seuls des échanges préliminaires sur le nom du Premier Ministre ont eu lieu. Il est donc prématuré de parler de «dislocation» de La Coalition. Tous les efforts doivent être déployés pour éviter une telle catastrophe. Il est vrai que des collègues de La Coalition semblent être prêts à entrer dans un Gouvernement «d’Union Nationale».

Il s’agit de faire les efforts pour contrôler leur enthousiasme. Car, il faut le reconnaître, si certains entrent dans ce Gouvernement sans l’accord préalable, cela affaiblira La Coalition et la lutte que nous menons tous ensemble.

Nous vivons une période très difficile, très sensible et très délicate de notre histoire. Nous avons besoin de l’énergie et de l’intelligence de chacun de nous tous pour venir à bout de cette dictature soutenue honteusement par des Chefs d’Etat. Evidemment nous devons faire attention aux trahisons. Mais nous devons nous surpasser pour dominer nos passions et surtout nous soutenir les un les autres.

Certains de nos camarades de lutte qui, sous des pressions, de Chefs d’Etat et parfois de leurs propres militants ou membres de bureau directeur de parti, peuvent faiblir devant l’adversité. Je crois que nous gagnerons en leur apportant notre soutien moral et en les encourageant plutôt qu’en pensant peut être à tort qu’ils ont trahi.

Lomé le 7 juin 2005
Aimé GOGUE