05/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Chasse aux photocopies « subversives »à Lomé

A Lomé, les prestataires de services de photocopie subissent actuellement de fortes menaces et intimidations de la part des autorités togolaises. Plusieurs photocopieuses ont été saisies par ses agents de l’Etat sous le prétexte qu’elles avaient servi à photocopier des documents jugés « subversifs » par le pouvoir. Il s’agit de la Lettre de Péré au Comité Central du RPT, du brûlot de l’ex Premier Ministre Agbéyomé Kodjo, de l’interview que ce dernier a accordée au magazine l’Autre Afrique et tout dernièrement à Letogolais.com.

Ces documents et articles sont généralement massivement repris dans les colonnes de la presse privée togolaise. Pour une plus large diffusion, des jeunes gens ont recours à la photocopie et le pouvoir en place à Lomé 2 en est très inquiet. Ces photocopies sont vendus et circulent aujourd’hui sous le manteau. Pour la dernière interview de l’ex Premier Ministre, la presse togolaise en a fait de larges échos, les prestataires des services de photocopies ont tourné à plein régime!

L’on redoute aujourd’hui que le gouvernement engage des prête-noms pour créer des « business center » parallèles ou des clients fictifs pour parachever sa campagne d’intimidation à l’endroit de ces centres d’affaires qui sont une source de revenus pour le Togolais moyen et une réponse au chômage des jeunes.

Il y a deux mois, une responsable d’une section locale de la CPP à Kara, un parti d’opposition, a été enlevée. Elle fut emmenée au camp Landja pour interrogatoire par le fils du Président de la République qui la soupçonnait d’avoir été à l’origine de la photocopie du brûlot d’Agbéyomé Kodjo et de sa diffusion dans la région de la Kara. Personne n’aurait osé penser que cette censure atteindrait Lomé.

La rédaction