25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Conciliabules entre Agboyibo et Eyadéma

Par Jonas PASCAL

Yaovi Agboyibo a rencontré dans la matinée du mercredi 25 février 2005 , le dictateur Eyadéma dans sa résidence de Lomé II. Rien n’a filtré de cette rencontre. Cependant, le président du CAR a affirmé sur une radio périphérique que sa rencontre avec le dictateur togolais visait à favoriser le dialogue politique et à rechercher des solutions pour dénouer la crise togolaise.

Les circonstances de cette rencontre ne sont pas des plus simples. Un communiqué de presse du CAR en date du 23 février 2004 qui annonce:  » Par déclaration faite le 12 novembre 2003 à l’occasion des consultations entre L’Union européenne et le Togo, le CAR a rendu publique sa proposition demandant au chef de l’Etat de réunir l’ensemble de la classe politique et la société civile en un dialogue national pour la mise en place d’institutions consensuelles transitoires susceptibles de sortir le pays de la crise socio-politique (…) Ces propositions ont été transmises le 19 novembre 2003 au président de la Commission de l’Union européenne et au Président de la République du Togo (…) Le président de la république togolaise a désigné des représentants pour des échanges avec une délégation du CAR sur la proposition qui lui a été transmise. La population sera informée. ». Ce communiqué est signé par Balogou Donko, président de la cellule de communication du CAR.

Ces tractations ont pris la forme d’un conciliabule à Lomé II entre Eyadéma, Agboyibor et Maître Gahoun HEGBOR. Dans le foulée, Eyadéma tenait également audience avec des journalistes de la presse étrangère ( RFI, AFP, Africa , Reuters) et locale ( l’incontournable Lucien Messan) ; de même on notait la présence de Gilles Desesquelles le chargé d’affaires de l’union européenne, Natchaba, Harry Olympio, Barry Moussa Barqué. Le sujet de l’audiance était en autre l’évocation par la presse de ces tractations avancées entre Me Agboyibo et le pouvoir.

Cette démarche est elle solitaire ou bien rentre-t-elle dans le cadre une action concertée de l’ensemble de l’opposition togolaise . On voit mal, comment des arrangements « en catimini » de partis politiques peuvent constituer une solution à la crise en tournant le dos à la volonté populaire.

La rédaction letogolais.com