26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Démenti de l’existence d’une procédure judiciaire contre Gilchrist OLYMPIO

« L’un des chefs de l’opposition togolaise et son proche entourage vont être forcés de rembourser 26,5 milliards de cédis (1Us Dollar=7,823 cédis) qu’ils doivent à 10 établissements et institutions au Ghana, à la suite de la faillite de l’usine Tropical Glass Company (TGL), une usine d’embouteillage située à Abosso et propriété de M. OLYMPIO » pouvait-on lire sur le site officiel du gouvernement togolais, dans sa livraison de vendredi dernier.

Cette allégation a fait l’objet en fin de semaine dernière, d’une prétendue mise au point sur les médias d’Etat en service commandé pour le compte des autorités togolaises.

Selon les allégations du pouvoir togolais, la liste des créanciers et les montants à rembourser par Gilchrist OLYMPIO dans cette affaire s ‘élèveraient à 25,5 milliards de cédis ( soit environ 2 milliards trois cent millions de francs CFA) et donne le vertige.
L’exploitation politique que veut faire le gouvernement togolais d’une affaire purement commerciale est à la fois choquante et pitoyable. De quoi s’agit-il en réalité ? Gilchrist OLYMPIO est effectivement propriétaire d’une usine d’embouteillage à Abosso au Ghana. Suite à l’augmentation des frais d’électricité par les autorités ghanéennes, l’usine a du cesser momentanément ses activités compte tenu des coûts de production de plus en plus prohibitifs rendant le produit final peu compétitif.
Gilchrist OLYMPIO que nous avons pu joindre au téléphone nous a déclaré être actuellement en discussion avec les autorités du Ghana afin de trouver une solution qui permette la reprise des activités de l’usine.
Dès que nous l’avons informé des allégations des autorités togolaises, Gilchrist OLYMPIO est entré en contact téléphonique avec le Ministre ghanéen de la justice. Celui-ci s’est dit surpris et a déclaré qu’il n’était au courant d’aucune information judiciaire à l’encontre de Gilchrist OLYMPIO. Cette version nous a été ensuite confirmée par une source très proche du ministère de ghanéen de la justice. Voilà une fois de plus, EYADEMA et sa clique pris en flagrant délit de mensonge ; un gros mensonge que confirme d’ailleurs le contenu de l’article gouvernemental.
En effet, les autorités togolaises débutent leur article par le titre choc suivant : « Gilchrist OLYMPIO poursuivi par la justice ghanéenne ». dans le même article, les autorités togolaises nous disent que « le gouvernement ghanéen a lancé » des enquêtes criminelles sur ces affaires et sur les responsables directs de ces malversations…Une fois l’enquête achevée, il appartiendra à la justice de sanctionner les responsables ». ce qui signifie clairement que le leader de l’UFC ne fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire puisque aucune enquête n’a établi sa responsabilité personnelle dans la cessation des activités de l’entreprise.
Pour la modernisation de la Tropical Glass Company (TGL), Gilchrist OLYMPIO a bénéficié comme cela ce passe dans tous les pays civilisés, de concours financiers d’un certain nombre d’organismes ; la TGL étant considérée comme une entité dont l’activité participe au développement et à l’essor industriel du Ghana. Ces concours financiers ont été octroyés sous forme d’aides ou de prêts à des conditions avantageuses. Toute entreprise industrielle comporte une part de risque. Les autorités togolaises qui traînent derrière elles de grandes faillites industrielles( Raffinerie, Aciérie, Tropicana, OTP, etc.), en savent quelque chose. Selon la convention signée entre la TGL et l’Etat ghanéen, en cas de faillite ou de cessation d’activité, l’entreprise est automatiquement placée sous le contrôle d’un comité d’Etat qui diligente une enquête pour savoir si la faillite est due à des raisons économiques ou à des malversations. Des centaines d’entreprise se trouvent dans ce cas aujourd’hui au Ghana. Le cas de la TGL n’est pas un cas isolé.
L’intérêt de Gilchrist OLYMPIO en tant qu’entrepreneur est que cette entreprise reprenne ses activités, mais dans des conditions qui lui assurent une certaine rentabilité, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui compte tenu des coûts de production trop élevés. Les autorités togolaises ont fait preuve dans cette affaire d’une honteuse légèreté et d’un enfantillage du…à leur volonté effrénée de nuire à tout prix à l’image du leader de l’UFC.
L’article du gouvernement écrit que Gilchrist OLYMPIO doit 4,5 milliard de cédis à l’entreprise Midco International. Quelle preuve d’inintelligence ! Il y a quelques temps, les autorités togolaises avaient fabriqué de grossiers faux papiers consistant en des lettres que le Président de l’UFC aurait adressées à Pierre SANE ; ces fausses lettres étaient écrites sur des papiers en-tête de l’entreprise Midco International, propriété de Gilchrist OLYMPIO. Etait-il si difficile que cela, d’imaginer que les 4,5 milliards de cédis dus à Midco est tout simplement l’apport personnel de Gilchrist OLYMPIO dans la modernisation de la TGL ?
Un jour viendra où on établira l’état des détournements opérés sur les éléphants blancs qui constituent l’essentiel de l’endettement public de notre pays. Combien a coûté au peuple togolais la construction de l’usine sidérurgique finalement bradée aux Indiens ? Tous nos compatriotes auraient aimé le savoir. L’ardoise de ces crimes pour la nation togolaise se chiffre en centaines, voire en milliers de milliards. Il y a des façons plus propres et plus dignes de faire la politique. Le RPT est descendu au fond de la poubelle ; qu’il y reste !

Judith ADEKAMBI-PEREIRA