30/05/2024

Les actualités et informations générales sur le Togo

Sylvanus Olympio : Un pionnier imbattu, imbattable

en attendant la preuve du contraire.

Sa posture inédite de par le monde. 

En hommage à un mastodonte, un prolifique  penseur de l’histoire  de l’indépendance du Togo et plus singulièrement de celle du père de la nation togolaise. Doyen  TÊTÊVI GODWIN TETE-ADJALOGO  ce modeste papier vous est  dédié en témoignage de vos  quatre vingt treize bougies que vous avez soufflées le 16 Janvier  2021.

Longue vie à vous ,afin que nous puissions continuer de bénéficier du vif  éclairage de vos fécondes  idées  inhérentes à la reconquête  de l’honneur bafoué  de ce vaillant peuple humilié, maltraité au nom de vils intérêts qui tôt ou tard  sombrent sous les fourches caudines  des biens mal acquis ,avec la duplicité de relations asymétriques initiées par l’inexorable main du corrupteur dictant des règles de jeu léonines  en raison   de ses seules aspirations.                                          

 Résumé.

 Assurément bel et bien, mais aussi incroyable que cela puisse paraître néanmoins vrai, notre revue de la littérature a mis en exergue à tout le moins, que , nul ou aucun  Chef d’Etat dans ses relations  avec la force coloniale ,hormis  le feu Président de la République togolaise Sylvanus Olympio, n’a eu à exprimer avec autant de vision   et de clarté , la nécessité  de maîtriser la variable  « importations » relative à la balance commerciale. Il en fit un principe  auquel  il ne pouvait nullement  déroger, quelque  soit ce que la force colonisatrice tentait prétendre lui offrir ou lui exiger en contrepartie. Il n’était pas plus question à son corps défendant, de se faire subrepticement leurrer ou piéger  notamment par un quelconque  attrape-nigaud. 

Nous attirons votre attention  que l’assertion qui précède  n’est guère une invention , puisqu’elle se trouve notoirement exhibée dans  l’article intitulé : La CEE ou la France, l’impossible  choix de Sylvanus Olympio  président du  Togo (In Matériaux pour l’histoire de notre temps n° 77, 2005) par  Guia  Migani  où est spécifié  ce  qui suit : ‘’En particulier, le Premier ministre togolais  veut conclure librement des accords avec les pays étrangers, il n’est pas disposé à définir un programme d’importations avec les responsables français, ni à consulter ceux-ci préalablement à toute négociation commerciale hors de la zone franc. ‘’

Plaise à nous  de faire remarquer qu’il n’est guère superfétatoire de souligner malgré les élucubrations du sieur Robert  Julienne (ex. Directeur Général  de la BCEAO), que le feu  Président  Sylvanus  Olympio faisait montre  d’une subtile  clairvoyance , d’esprit d’à propos , car  conscient  qu’une telle posture  était un préalable requis  , une voie obligée ou une exigence a minima  quant à l’élaboration  d’une politique économique  optimale eu égard aux contraintes économiques auxquelles la nation qu’il présidait devait affronter  à brûle-pourpoint.

Politique économique optimale avons-nous dit, accédons de manière on ne peut plus claire, à la vision et la structuration des déterminants  de sa politique économique, selon ses propres propos illustrés ci-après  via l’article  susmentionné de  Guia MIgani ,  ‘’ … dès qu’il s’agit de définir les nouveaux rapports  franco-togolais,Olympio a des idées précises avec lesquelles il n’est pas disposé à transiger : le Togo aura une monnaie nationale dont une gestion rigoureuse assurera la stabilité ; l’équilibre des finances sera assuré par le contrôle des prix et le blocage des salaires. Egalement l’équilibre de la balance des paiements sera obtenu par la réduction des importations, l’accroissement des investissements étrangers et par la dévaluation de la monnaie nationale. Une dévaluation, en effet avantagera les exportations du pays et l’insérera mieux dans les circuits internationaux.

Spécifions pour la gouverne du lecteur  que  la formulation de la politique économique du  feu Président  Sylvanus Olympio  coïncide avec la vision paradigmale de  ce que l’on pouvait considérer comme la meilleure pratique de la politique économique de son époque. 

Nous ne pouvions donc nous permettre de faire l’économie de ne point porter à la connaissance  de tout un chacun une telle posture avant-gardiste  qui’il était nécessaire  de mettre en lumière quant à l’honneur  de l’esprit humain, la dignité du négro-africain et l’histoire des idées politico-économiques inhérente à la lutte pour l’indépendance de la nation togolaise.

Chemin faisant , il nous paraît utile et judicieux de rappeler à notre rescousse  ce que disait le grand mathématicien  le feu Professeur Jean Dieudonné, un de nos illustres maîtres,  à savoir  ‘’ Néanmoins, à une époque récente, on a vu proclamer bruyamment qu’en matière de création intellectuelle tous les êtres humains ont les mêmes capacités et que les inégalités flagrantes constatées à cet égard ne sont dues qu’à  l’éducation qui les ont plus ou moins favorisés. Curieuse doctrine qui voudrait  que le cerveau ait une physiologie différente de celui des autres organes, et qui ne mérite qu’un haussement d’épaules, quand on songe à tous les enfants de  princes  ou de millionnaires, restés incurablement stupides en dépit des soins apportés à leur donner les meilleurs précepteurs.’’ 

Que le pionnier demeure imbattable n’est ni une fin en soi et ni la fin de l’histoire ; bien au contraire. Il s’agit pour nous de rappeler à l’Afrique noire  qu’en ignorant ou  en refusant  notoirement de s’appuyer sur les épaules de ses  précédents  talentueux compatriotes  dotés d’une vision et de réflexion  stratégique ,  elle  ne peut que faire fausse route et aller tout  droit dans le mur. A ce sujet, nous en  voulons pour illustration, l’état lamentable dans lequel  nous  nous retrouvons après tant d’énergie déployée  pour en finir avec la servitude coloniale.

Face  à  cette situation , nous ne pouvons  qu’ attirer l’attention sur la  préoccupation    de William Chancellor  exprimée dans son ouvrage  ‘’ Destruction of Blacks Civilization ‘’  où  il énonçait : I wondered out loud whether the black race is lacking in one quality that seems to distinguish Caucasians and explain the reason for their long domination on the earth : Their deep concern about their posterity , the posterity, the future role and welfare of their white off springs to the farthest generation. Their plans and policies for today’s world are often based on expected outcomes centuries hence. The Blacks as a race, on the other hand, have been so split up and preoccupied with current problems that they seem to have lost this deep concern about the future of their descendents. This matter calls for serious reflection particularly on the part of Blacks in their relations with long-range planning whites. For from the earliest times and in almost every period of history , we find the whites carefully developing plans for future results which  none expect to see realized in their lifetime.

On est quelque peu  surpris  que  Chancellor William féru d’une  érudition  encyclopédique  dont  il fit  preuve dans sa  longue et intense quête de ce qui  furent les déterminants de la destruction la civilisation noire  à l’origine de l’humanité, les sciences, les  technologies etc  , ne puisse  suggérer   des  pistes de réponse à la préoccupation  bien fondée qui était la sienne et  qu’il a soulevée ci-dessus 

Nous  prenons le risque à titre d’hypothèse explicative d’avancer l’argument qui suit :   A la suite de moult raisons  dont assurément des luttes intestines  de pouvoir   qui contribuèrent  à l’ effondrement de sa puissance , la mère patrie , Afrique  noire ,qui au cours de ce cheminement  fut aux prises  à un esclavagisme exacerbé  auquel elle opposa  des farouches résistances ,mais après épuisement elle développa des réflexes de survie  à travers une attitude de sauve qui peut. Il serait polichinelle  de  mettre en exergue que l’hystérèse ou l’hystérésis d’une telle habitude  ne soit pas de nature à développer une vision, l’élaboration, la formulation de stratégies qui aillent de pair avec des mises en œuvre ou des implémentations idoines. Nous avons donc développé comme réponse structurelle un déficit récurrent, patent de vision, de réflexion prospective et stratégique qui continuent   jusqu’à nos jours. 

Sachons gré au  feu Président Sylvanus Olympio  d’avoir été un pionnier imbattu encore imbattable , qui par anticipation fit preuve de vision et de surcroît  élabora et formula des choix  stratégiques plus particulièrement avec brio  la création de la Banque  Centrale Togolaise  émettrice   de la  » high powered money   »ou prêteur en dernier ressort selon l’expression consacrée et une liste d’autres importantes réalisations que le doyen  Doyen TÊTÊVI GODWIN TETE-ADJALOGO sut compiler dans nombre de ses ouvrages.

Nous ne saurions conclure en ne mettant point en saillie  ce dont il fut victime.. En effet, de ce qui précède, il importe d’attirer l’attention sur les propos ci-après:   » M.X : On leur a fait comprendre que Sylvanus Olympio nuisait aux intérêts de la France , mais il leur  fallait mettre en place une machination qui en aucun cas ne compromettra les autorités françaises. C’est ce qui a été fait d’une manière machiavélique  ». Certes bien connue est la suite, nonobstant important de la spécifier. 

Indubitablement, au motif d’avoir envisagé une tout autre politique  explicitée par une démarche volontariste , effective de doter la République togolaise d’une souveraineté économique et monétaire , le père » de la Nation feu le Président Sylvanus Olympio fut atrocement victime de l’ignominieux , l’abominable acte scélérat.

 »Machiavélique  » comme sus mentionnée, car l’initiative fut attribuée à un prête-nom à titre d’alibis, afin d’enfouir la profonde raison, la responsabilité d’un crime entièrement néo-impérialiste qui n’a pas dit son nom; dans les eaux troubles, marécageuses pestilentielles. Pensiez vous que des remords s’ensuivirent ? L’histoire retiendra qu’on fit montre de barbarie en proclamant sans ambages à haute et intelligible voix que  » Olympio a péri par où il a péché ».

 Dixit.

David A.Johnson

HEC Paris (E. 81)

Ancien Directeur à l’ESC Clermont

Professeur des Universités

david.johnson@mailhec.com