07/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo : Le directeur de publication du Scorpion incarcéré à Lomé

Reporters sans frontières a protesté auprès des autorités togolaises contre l’arrestation de Basile Agboh, directeur de publication de l’hebdomadaire Le Scorpion. Une fois de plus, le pouvoir togolais utilise la manière forte pour réprimer la presse d’opposition. L’an passé, quatre journalistes ont été incarcérés dans le pays, notamment pour avoir dénoncé des affaires de corruption. A chaque fois, des haut responsables de l’Etat sont à l’origine de ces arrestations. Cette fois-ci, c’est votre propre fils qui a porté plainte, a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, dans un courrier adressé au chef de l’Etat, Gnassingbé Eyadéma. Nous vous rappelons que les Nations unies estiment que l’emprisonnement en tant que sanction de l’expression d’une opinion constitue une violation grave des droits de l’homme, a ajouté M. Ménard. L’organisation a demandé au Président d’user de son influence auprès de son fils afin que celui-ci abandonne les poursuites contre Basile Agboh et obtienne sa libération immédiate.

Selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, Basile Agboh, directeur de publication de l’hebdomadaire Le Scorpion, et l’un de ses reporters, ont été interpellés, le 5 juin 2002, par la police de Lomé. Le lendemain, le reporter a été libéré, mais Basile Agboh a été transféré à la prison civile de Lomé.

Il est accusé d’atteinte à l’honneur pour avoir publié un article affirmant que le Premier ministre, Gabriel Kodjo, avait confirmé avoir reçu des menaces ouvertes de mort venant du lieutenant-colonel Ernest Gnassingbé. Selon Le Scorpion, le fils aîné du chef de l’Etat reproche au Premier ministre d’avoir apporté son soutien à un responsable du parti au pouvoir critique envers la politique de Gnassingbé Eyadéma. Le fils du président de la République a nié les faits et a porté plainte contre l’hebdomadaire.

Reporters sans frontières rappelle que Gnassingbé Eyadéma, le président de la République togolaise, fait partie des trente-huit prédateurs de la liberté de la presse dans le monde.

News Press 07/06/2002 13:04:00