28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: l’UFC conteste la légitimité de Faure Gnassingbé et demande un accord politique

LOME, 28 mai (XINHUANET) — Le secrétaire général de l’Union des forces de changement (UFC), Jean-Pierre Fabre, se montrant peu tolérant à une entrée dans le gouvernement d’union nationale proposé par Faure Gnassingbé, a estimé samedi que la légitimité des institutions togolaises ne viendra que d’un accord politique, selon Radio France internationale.

« Dans les conditions actuelles, la légitimité des institutions de l’Etat ne peut procéder que d’un accord politique entre les protagonistes de la crise », a indiqué M. Fabre.

Interrogé sur la rencontre d’une délégation de la Coalition de l’opposition radicale avec le président élu Faure Gnassingbé pour discuter du gouvernement d’union nationale, M. Fabre a relevé que c’est aller « trop vite en besogne ».

Il a souligné que c’est pour cette raison que l’UFC propose l’ouverture d’un dialogue, estimant qu’on ne peut pas « commencer aujourd’hui à parler de gouvernement sans la mise en place des mécanismes de ces discussions ».

La délégation de la Coalition de l’opposition qui a rencontré le président togolais était composée seulement de quatre des six partis de ce collectif, excepté l’UFC et l’ADDI. Elle exige du parti au pouvoir la nomination du Premier ministre au sein de la Coalition.

L’Union des forces de changement conteste toujours la légitimité de Faure Gnassingbé et indique que le cadre pour ces discussions n’est pas bien défini.

Le candidat du parti au pouvoir, Faure Gnassingbé, a été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 24 avril avec 60,15% des voix exprimés, devant Emmanuel Bob-Akitani (38,25%) issu de l’UFC, le principal parti de la Coalition de l’opposition.