03/07/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

APPEL aux CAMARADES GENDARMES, POLICIERS, et MILITAIRES

Camarades et Chers frères d’armes,

Notre pays au service duquel nous nous sommes engagés s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise. Cette crise, provoquée par l’entêtement des dirigeants politiques ne cesse de s’aggraver. Avec le départ fracassant du Premier ministre Agbéyomé Kodjo, il nous a été donné de découvrir que des militaires, c’est-à-dire des hommes qui ont fait le serment de protéger leur pays et sa population, déshonorent notre corps, notre famille, en proférant contre des citoyens des menaces de mort.

Le noble métier des armes, fait d’honneur, de courage, de discipline et d’amour de la patrie, ne saurait souffrir davantage dans ses rangs la présence d’éléments agissant en dehors de tout règlement, en totale inobservance des lois de la république.

Ernest Gnassingbé Eyadéma. qui s’est constitué proconsul du Nord de notre pays, a menacé de mort le Premier ministre du Togo, chef du gouvernement, chef de l’administration. Il ne l’aurait pas fait s’il n’était pas le fils du chef de l’Etat. Ce comportement de voyou de cet officier, connu par ailleurs pour sa cruauté, est une insulte à notre uniforme.

Il était l’un des chefs de la section spéciale, véritable armée dans l’armée et agissant directement sous les ordres du chef de l’état, qui a planifié et exécuté les multiples actes de violence qui ont endeuillé notre pays. Citons pour mémoire les tueries de la lagune de Bè et de Fréau Jardin, la disparition de David Bruce. Il a été mêlé à l’attentat de Soudou et à l’assassinat de Tavio Amorin. On le dit impliqué dans la prise en otage des membres du Haut Conseil de la République (HCR), Parlement de transition.

Jusqu’à quand allons-nous nous taire et laisser ces gens continuer leurs actes criminels et maffieux ?
Jusqu’à quand accepterons–nous d’assister en silence au dévoiement de notre métier ?
Nous n’avons pas choisi l’uniforme pour devenir des voyous.
Aujourd’hui, nous devons nous départir de la peur qui nous a paralysés jusqu’à présent.
Foin de la résignation.
Nous devons retrouver notre honneur, l’honneur des Forces armées et de Sécurité.
Nous devons travailler à nous réconcilier avec ce peuple meurtri, ce peuple auquel nous appartenons.
C’est pourquoi je lance cet appel solennel à vous tous, Gendarmes, Policiers, Militaires.
Il est temps de mettre de l’ordre dans la maison Togo.
Il est temps de mettre de l’ordre dans les casernes et d’en extirper les éléments nuisibles qui les gangrènent

Que ceux qui refusent la médiocrité, ceux qui refusent d’être enrôlés de force dans les équipes qui sont chargées des sales besognes, ceux qui sont contre les promotions de complaisance et ceux dont les promotions normales sont bloquées pour des motifs obscurs, se réveillent.

Que ceux qui mettent les intérêts de la République au-dessus des groupes mafieux et antipatriotiques soient prêts !
Nous avons été formés pour défendre notre pays et non pour le détruire.
Nous avons été formés pour protéger nos compatriotes et non pour les anéantir.
Où que vous soyez, tenez-vous prêts !
Prêts à donner l’assaut à ces bandes de voyous qui ont pris en otage le Togo et les Togolais.
C’est notre devoir de soldats-citoyens
C’est un devoir Sacré !
Vive le Togo, libre et débarrassé de ses oppresseurs.
Vive le peuple togolais!

Togo,le samedi 20 juillet 2002
Pour l’honneur des Forces armées et de la Patrie
DON CARLOS
Le soldat-citoyen