25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La presse togolaise du 23 au 29/12/02

COMBAT DU PEUPLE du 23/12/02, révèle l »implication de l’administrateur de la S3G, M. Ogamo Bagnah, dans la déconfiture que connaît actuellement cette société française installée au Togo il y a déjà une trentaine d’années. Ogamo Bagnah qui siège depuis 20 ans au Conseil d’Administration de ce groupe a été plusieurs fois Ministre sus Eyadema et Directeur Général de l’OPAT. la S3G traverse des périodes difficiles et risque de déposer le bilan car le journal parle « des pratiques rétrogrades et mafieuses des administrateurs ».

LA TRIBUNE DU PEUPLE du 23/12/02, écrit à propos du 12ème congrès de la FTF : « le Trésorier Général a refusé de présenter le rapport financier ; un scrutin polémique ! ! ! Rock Gnassingbé réélu sur fond de cafouillage et de non-dits ».

MOTION D’INFORMATION du 23/12/02, écrit à propos de la pétition lancée par l’opposition pour le départ d’Eyadema: « la pétition de la CFD va avoir le mérite de placer le président français devant ses responsabilités. C’est Jacques Chirac qui a fait savoir aux Togolais et à la communauté internationale que le président lu avait donné l’assurance qu’il ne se présenterait pas en 2003. Cette caution morale avait permis de débloquer les négociations. La déclaration de Jacques Chirac était la parole de la France au peuple togolais ».

LE COURIER DU CITOYEN du 26/12/02, lance un coup de gueule  » Initiative citoyenne de l’an 2003 : empêcher Eyadema de gouverner » . « Le Togo, notre chère patrie est dans le gouffre, dans la mélasse, au fond du précipice. Notre pays est exsangue, ruiné, pillé par la faute du régime Eyadema. Les Togolais ont souffrent le martyr et ont dépassé ce stade de la douleur. Les compatriotes soufrent dans leur âme, dans leur cœur et cela ne peut pas continuer ainsi en 2003. La fronde sera du tonnerre en 2003 si rien n’est fait pour ouvrir les vannes des libertés et entamer une avancée franche, claire et palpable vers l’alternance. La solution : c’est d’empêcher Eyadema de gouverner. Il ne faut surtout pas perdre de vue que les Togolais ne sont pas immunisés contre la rébellion. Ce qui est dit, est dit ».

CROCODILE du 27/12/02, publie l’opinion d’un lecteur qui s’adresse aux barons du régime togolais : « Eyadema en fin de mandat en 2003, il lui faut laisser le champ libre ». « avec l’évolution de notre siècle les barons du RPT devraient se ranger au placard avec leurs idées sémites. Ils devraient faire le toilettage des textes de leur parti afin de limiter le pouvoir du président fondateur au lieu de s’égosiller à demander une modification de notre loi fondamentale ».

La rédaction