29/11/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

La presse togolaise du 16 au 22/12/02

Triste Noël pour les Togolais qui ne savent plus à quel saint se vouer pour se libérer de la dictature d’Eyadéma. L’honnêteté et la non-violence de la population viendront-elles à bout de la barbarie et des mensonge institutionnalisés.

LE REGARD du 16/12/02, donne la parole au leader de l’Union des Forces de Changement (UFC), M. Gilchrist Olympio qui promet rentrer au pays pour conclure sa lutte. Il demande au peuple de comprendre que « c’est le rapport de forces qui décidera de la prochaine élection présidentielle et non les desiderata de M. Eyadema et des institutions illégitimes mises en place. Je crois sincèrement que l’alternance aura lieu, comme nous le souhaitons, sans effusion de sang. »

L’EVENEMENT du 17/12/02, nous souhaite une bonne fête : « aujourd’hui, comme hier, les Togolais semblent n’avoir plus de Noël à fêter. Noël pour les Togolais, c’est une certaine parole de militaire qui est en train de s’effondrer au fur et à mesure que s’approche l’horizon 2003. Noël pour les Togolais, c’est une certaine naissante force de l’opposition démocratique désormais coalisée. »

TRIBUNE DU PEUPLE du 17/12/02, titre : « la médiation s’enlise et un génocide se prépare en Côte d’Ivoire » : « un mal n’est guérit que lorsque le diagnostic est bien posé. Quelles sont les solutions pour la Côte-d’Ivoire ? La France va-t-elle rééditer en Côte d’Ivoire la tragédie du Rwanda ? La France va tenir les rebelles en respect et regarde l’armée et les milices du FPI se lancer à leur assaut. La stratégie qui se met en place est fort inquiétante. Vivement que le sommet de Paris puisse poser le vrai diagnostic pour donner la mesure de la volonté de la France à stabiliser politiquement l’Afrique francophone afin de relancer les économies de la sous-région. »

CROCODILE du 18/12/02, « la fête dans les coins et recoins du pays, on connaît pas !Le soucis est comment tromper la vigilance du ventre dont les boyaux sans cesse tournent vides. Noëlle miséreuse, les Togolais la connaissent depuis 12 ans que cela n’émeut le pouvoir qui ne lésine aucunement sur sa stratégie de les rendre esclaves. »

Le journal demande à la CEDEAO et à l’UA d’empêcher le coup d’Etat constitutionnel d’Eyadema : « l’Union Africaine et la CEDEAO doivent ramener et le président Eyadema et l’Assemblée Nationale au respect de la Constitution togolaise suivant laquelle au plus tard le mois d’Août 2003, le prochain chef de l’Etat togolais doit être un Togolais autre que Gnassingbé Eyadema. L’UA et la CEDEAO se feraient respectueuses et respectées si elle cessent d’être myopes sur les coups de force constitutionnels de présidents en fin de mandat. »

LE COURRIER DU CITOYEN du 19/12/02, s’étonne que Natchaba brandisse la crise ivoirienne pour faire peur aux Togolais : « Les Togolais sont tenus de se taire, de se laisser brimer, de subir le piétinement de leurs droits, de renoncer à a démocratie sinon les brimeurs vont entraîner le Togo dans une guerre comme celle de la Côte d’Ivoire. Si c’est la guerre qu’on leur impose, ils seront contraints de la faire. Il vaut mieux vendre chère sa peau que de creuser soi-même un trou pour se faire enterrer. »

M. Edem Kodjo, président de la CPP, regrette les déclarations d’Ibrahim Boubakar Kéïta, président de ‘Assemblée nationale malienne, invité à la rentrée solennelle de l’Assemblée togolaise : « il est vraiment dommage et à la limite honteux que ders messieurs respectables qui défendent partout ailleurs des principes nobles et universels s’aplatissent dès qu’ils sont des hôtes du pouvoir togolais. On peut se demander ce qui motive ces messieurs à venir au Togo célébrer des dérives qu’ils dénonceraient dans leur pays. Ont-ils autant de mépris pour les Togolais ? »

LE REPORTER du 20/12/02, écrit à sa Une : « l’Elysée prépare une surprise au peule togolais en 2003 ». « Le peuple se demande si Jacques Chirac veut une explosion au Togo, une guerre civile pour organiser une ‘opération Licorne’ bis ou croit-il que le peuple togolais est un peuple mouton, sadomasochiste qui aime se faire souffrir éternellement sans réagir. Les Togolais doivent alors prendre conscience que leur libérateur ne viendra pas de l’extérieur, encore moins de la France. »

La rédaction