28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Théodore Kpotivi Laclé : de la gloire à la descente aux enfers

par Ekoué Satchivi

Figure marquante des années fastes du système Rpt , Théodore Kpotivi Laclé a goûté aux délices et affres du pouvoir politique. Ancien journaliste à Radio Lomé devenu homme politique, il a beaucoup contribué à l’enracinement du régime Eyadéma. Adepte des jeux de hasard, Kpotivi est un parieur assidu du London pool, très connu des grands collecteurs, notamment les Libanais.
La passion trop excessive de l’ancien ministre et conseiller pour ces jeux, va finalement lui coûter son poste. Considéré à l’époque comme le numéro deux du pouvoir togolais, Dénoncé d’avoir influencé la proclamation des résultats d’un tirage, Théodore Kpotivi Laclé fut traduit en justice.

Né dans les années 1930 à Agou, Théodore Laclé est originaire de la Ville d’Aného. Il est connu au quartier Lagbonou, près du marché municipal, sous le petit nom de Kpotivi. Après une formation en communication en France, il devient journaliste et travaille en qualité de journaliste à la Radiodiffusion du Togo (aujourd’hui Radio Lomé). Féru de football, il a également servi en qualité d’arbitre international de football et fait partie des meilleurs sifflets du pays aux côtés des collègues comme Lawson Hétchély, Aguiar, Michel Agbétiafa…

Pur hasard ? Le journaliste Laclé se trouvait à la radio le 13 janvier 1967, lors du pustch organisé par Etienne Eyadéma pour destituer le gouvernement Nicolas Andor Grunitzky . Plusieurs témoignages attesteront par la suite qu’il y était sur recommandation d’un proche parent, l’officier James Yaovi Assila, futur ministre de l’Intérieur. Une fois la station de la radio assiégée, les insurgés négocient avec le journaliste. Le concours de Théodore Laclé leur sera bénéfique dans la lecture de leur pronunciamiento.

L’ancien activiste de la Juvento, mouvement des jeunes crée dans les années cinquante, va en profiter. Prenant les rênes du pouvoir, le lieutenant –colonel Eyadéma, fait appel à Théodore Kpotivi Laclé, qui devient Directeur du cabinet présidentiel. L’ancien journaliste à Radio-Lomé, fait feu de tout bois et gagne l’estime du nouveau président de la République.

Théodore Kpotivi Laclé contribue à la création le 30 novembre 1969 puis à l’implantation jusque dans les hameaux les plus reculés du pays, du Rassemblement du peuple togolais ( Rpt), Il préside à Lomé, le Comité de ville qui organise les différents quartiers en cellules politiques. Sous sa houlette, l’ animation politique ( chants et danses ) à la gloire du Timonier Eyadéma, plus q’une compétition, est une obligation. On doit non seulement danser, mais aussi dénoncer les mauvais citoyens. La délation est érigée en système. Et la jeune fille est perçue comme « la gardienne de la sécurité de l’état » qui doit être « largement disponible pour servir». Bienvenue, la débauche ! Beaucoup de concitoyennes et sœurs ont ainsi perdu leur jeunesse.

Kpotivi Laclé se voit attribuer en 1977, le poste de ministre de l’Intérieur. Après une décennie passée à la tête de ce département, il sera déchargé de ses fonctions après les évènements du 23 septembre 1986 pour devenir Garde des Sceaux, ministre de la Justice. Sa passion pour les jeux de hasard, va le faire tomber dans le piège de la délation très en vogue à l’époque. Le tout puissant ministre et « intouchable » baron du régime, se croit tout permis. Il fait partie de la Rose-Croix, ordre dont Eyadéma est aussi membre. Mais cela ne suffit pas pour passer les mailles du filet.
Le numéro deux du pouvoir, a influencé la proclamation des résultats d’un tirage de lotosportif. Ne se doutant de rien, il ignore que le « Général » est à l’affût du moindre scandale, pour le punir.. Ce matin du 1ER mars 1989, l’inventeur fameux slogan « Ntifafa nami, lédéka wowomé » (Que la paix soit avec vous dans l’unité), est conduit menotté au palais de justice de Lomé, sur plainte de la Loterie nationale togolaise (Lonato). La nouvelle a fait la une de la presse internationale. Devant des Loméens ahuris, le ministre Laclé est conduit par la suite en prison, avant d’être « libéré ».

Il ne va pas se défaire de cette image de « mauvais parieur ». Mis à la touche, Kpotivi Têvi Laclé ne retrouvera plus la place qui fut la sienne. Celui qui perd le pouvoir, perd tout ce qui va avec. Nous étions au début des années 90. Imaginatif, l’ancien membre du Bureau politique du Rpt qui a le don de retourner les moments difficiles en gloire pour le régime, est tenu à distance. Il vit reclus, mais il participe à la Conférence nationale de juillet –août 1991.

Les affaires de la cité, ont peut-être brisé son avenir. Théodore Kpotivi Têvi Djidjogbé Laclé, ne se remettra pas de son diabète et de la prostate. Agé de 75 ans, lui, le fidèle citoyen, va maintenant de se reposer.

Sources :
* Jalons pour une sociologie électorale du Togo : 1958, 1985 ( Jean-Claude Barbier, Orstom)
*Lutter pour ses droits au Togo, Hilaire Dossouvi Logo Editions l’Harmattan
* Journal La Nouvelle Marche, 5 août 1985
*Le Togo sous Eyadéma, Comi M . Toulabor , Karthala