01/10/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Togo: Justice pour Tavio Amorin qui aurait eu 48 ans…

20 novembre 1958 – 20 novembre 2006
Il y a 48 ans Naissait Tavio Ayawo AMORIN

Nous ne pouvons pas oublier que ce 20 novembre 2006 marque le 48e anniversaire de la naissance de Tavio Ayawo AMORIN, né le 20 novembre 1958, à Lomé.
Nous ne pouvons pas oublier non plus que le 23 juillet 1992, Tavio Ayawo AMORIN, Premier Secrétaire du Parti socialiste panafricain (PSP), membre du Haut Conseil de la République, Secrétaire général du COD II, membre fondateur du Mouvement patriotique du 5 octobre (MO 5) a été lâchement mitraillé à bout portant par un commando de tueurs envoyé à ses trousses par le dictateur Etienne Gnassingbé Eyadéma.

Nous ne pouvons pas oublier que ce commando dont faisaient partie les policiers BOUKPESSI et KAREWE Kossi a signé son forfait en laissant leurs cartes professionnelles avec des armes et munitions sur les lieux du crime ! Nous ne pouvons pas oublier que Tavio Ayawo AMORIN est mort dans d’atroces souffrances, le 29 juillet 1992, à l’Hôpital St Antoine de Paris où il a été évacué, des suites des blessures qui lui ont été causées lors de cet attentat.

Nous ne pouvons pas oublier, 14 ans après ce forfait, que ce crime odieux et lâche dont il a été victime est resté impuni jusqu’à ce jour. Nous ne pouvons pas oublier, au moment où un grand battage médiatique est fait au sujet de la réforme de la Justice togolaise que, depuis 14 ans que la famille de Tavio Ayawo AMORIN a déposé une plainte en bonne et due forme devant les tribunaux togolais, aucune suite ne lui ait été donnée jusqu’à ce jour.

Nous ne pouvons pas oublier qu’en l’an 2002, à l’occasion du 10e anniversaire de l’assassinat de Tavio Ayawo AMORIN, sa famille a adressé au feu Président Etienne Gnassingbé Eyadéma, une lettre dans laquelle elle lui a rappelé l’engagement qu’il avait publiquement pris à l’annonce du décès de Tavio d’œuvrer à ce que toute la lumière soit faite sur l’acte criminel dont il a été victime et que les suites appropriées lui soient données. Nous ne pouvons pas oublier qu’Etienne Gnassingbé Eyadéma a quitté ce monde en ne faisant rien pour que cet engagement, comme tant et tant d’autres qu’il avait pris jadis, soit respecté.

Nous ne pouvons pas oublier ces responsables du CAR et de la CDPA qui, hier, n’ont cessé de se déclarer camarades de combat et amis de Tavio Ayawo AMORIN avec lequel ils avaient ensemble fondé le COD II ou le GSP ont, aujourd’hui, constitué un gouvernement d’union nationale avec le RPT après avoir proclamé qu’ils y œuvreraient pour que cesse l’impunité.

Parce que nous n’acceptons pas que se poursuive l’impunité au Togo, nous continuons à exiger plus fortement que jamais :

· Justice pour Tavio Ayawo AMORIN !
· Que ses assassins et leurs commanditaires soient recherchés, arrêtés et déférés devant la Justice togolaise pour y être jugés et châtiés !
· Non au règne de l’impunité au Togo !

LIRE EGALEMENT:
[Tavio Amorin : Le souvenir d’un panafricaniste->http://www.letogolais.com/article.html?nid=2318]